Page 1 sur 1

Swiss Made, ne pas déranger SVP (billet horloger)

MessagePosté: 01 Oct 2011, 10:39
par webmaster
Vouloir rehausser le niveau du Swiss Made, le faire passer de 50 à 80 pourcent –pour les montres mécaniques–, ça partait d’un bon sentiment. Du point de vue de la FH, la Fédération Horlogère Suisse, l’instance suprême de la corporation, c’était même un noble combat, légitime. En fait c’était une fausse bonne idée, tout simplement.

Le billet horloger

Re: Swiss Made, ne pas déranger SVP (billet horloger)

MessagePosté: 07 Oct 2011, 09:39
par Petrus
Commentaires: Lobby et terroirs.
Il serait temps que la branche horlogère suisse se dote d’un lobby puissant. Le contexte politique suisse rend évidente la justification d’un tel investissement, d’autant que le secteur, s’il acceptait de se départir quelque peu de ses pulsions individualistes, en a les moyens. Un lobbyiste patenté, qui défendrait à l’année les intérêts d’une horlogerie suisse déterminée à considérer son sol comme l’endroit privilégié et historiquement légitime pour y fabriquer des montres de précision. Certes, c’est déjà en partie la mission de la FH, mais elle a définitivement besoin de renforts.

Dans un contexte d’une globalisation qui réduit la marge de manœuvre des particularismes, la défaite de la révision du Swiss Made va inexorablement mener à la multiplication des labels, à l’apparition des AOC –Appellations d’Origine Contrôlée– qui se poseront naturellement en seule réponse valable à la différentiation des produits à haute valeur ajoutée suisse. Une appartenance qui se conjugue déjà sur le registre des terroirs. Ceux qui auront déjà misé sur cette corde sensible risquent donc d’avoir une longueur d’avance.


Lors des échanges sur le Swiss Made, j'ai évoqué cette idée et je partage cette conclusion (supra) au billet horloger.
La question ne se pose pas en termes d'analyse du grand public ou de représentativité des entreprises au sein de leur fédération et encore moins en termes d'intervention politique -ou politicienne.
Elle se pose uniquement en communication autour d'un cahier des charges. La comparaison avec l'AOC est riche de possibililités :
pour mémoire :
une matière sélectionnée, un savoir faire avéré, un lien au terroir - pas seulement à la terre ou au terrain- mais à l'histoire, la culture , la société.

La concurrence joue bien aujourd'hui à travers les territoires et leur "image" culturelle, bien plus qu'à travers les entreprises qui proposent souvent des produits standardisés.
Si le Swiss made ne parle pas au consommateur et les 50% l'interpellent, le 100% China ne l'interpelle plus du tout...Il sait à quoi s'en tenir.
80% l'interpelleront donc autant, et même 99% !
C'est au travers, je le repète d'un cahier des charges clair et transparent qu'il faut communiquer et l'IGP (plus que l'AOC) est une démarche à suivre lorsque pour des raisons économiques des élements de matières première ou des phases de transformation ne peuvent se dérouler sur territoire.
Exemple : le conditionnement dans l'aire de production. Et si le Petrus était mis en bouteille au Portugal, parce que cela coute moins cher ? Sauf à démontrer une altération organoleptique, il ne serait pas 100% bordeaux. Il suffit de le préciser, plutot que dire 99% Bordeaux.
A noter que ce type d'aménagement au cahier des charges procède d'une volonté collective.
Rien n'empêche un producteur d'afficher du 100% Bordeaux et de ne pas adhérer au cahier des charges de l'AOC ou de l'IGP. A charge pour lui de communiquer sur son propre cahier.

le swiss made, pour peu que la volonté d'informer le consommateur soit réelle, a donc de beau jour devant lui, s'il rééquilibre son cahier des charges dans une problématique plus tournée vers la demande que l'offre...AMHA ! :coucou:

Re: Swiss Made, ne pas déranger SVP (billet horloger)

MessagePosté: 07 Oct 2011, 17:22
par hl9000
Avé Petrus... tu causes bien ! :bravo:
Mais après-tout...
:shock:
Je ne saisis toujours pas les enjeux ; est-ce une volonté de renforcer la protection des consommateurs relativement à un label devenant fallacieux et qu'ils se fichent de vérifier ? Ou bien s'agit-il de redorer ce label pour continuer à mieux faire prospérer le markéting trompeur ?
:thinking:

En tout cas, l'article montre bien la complexité du changement ; j'ai vraiment bien aimé. :merci:

Re: Swiss Made, ne pas déranger SVP (billet horloger)

MessagePosté: 08 Oct 2011, 09:35
par Petrus
Ces deux enjeux sont effectivement ambigüs...
Problématique consommateur (demande) ou problématique demande (offre)....ou bien les deux ?! :thinking:

je crois que ce sujet tourne en rond parceque les acterus n'arrivent plus par quel "bout" prendre le problème.

Ce qui m'a toujours étonné, c'est à quel point la Suisse s'est emparée, en tant que territoire et institution; depuis les années 30 je crois, de la question de la structuration et de la protection de cette industrie emblêmatique.

D'où cette idée de rester dans la même ligne, mais en changeant de perspective.
Les régions aujourd'hui créent des labels et j'ai eu l'occasion de discuter avec le représentatnt de GENEVE REGION - TERRE D'AVENIR. Comme son nom ne l'indique pas, il s'agit d'un label agricole...donc cahier des charges.

A mediter...