Page 1 sur 1

Etalonnage montres et histoire.

MessagePosté: 08 Oct 2018, 21:18
par Au4eTop
Bonjour,

J'espère que ma question n'a pas déjà été posée, je débute en horlogerie, et me demandais comment on étalonnait les échappements avant l'ère électronique. Quel était l'étalon? j'imagine que tout vient du ressort de l'échappement? Comment influe t'on sur celui ci?

Merci par avance pour vos réponses, ou peut être un choix de livre sur l'histoire de l'horlogerie?

Bonne soirée

4etop

Re: Etalonnage montres et histoire.

MessagePosté: 12 Oct 2018, 07:57
par Bruno_D
Bonjour,
Ta question est technique et tu demandes des livres sur l'histoire de l'horlogerie. Tu n'y trouveras pas vraiment tes réponses.
L'étalonnage se faisait par comparaison à un garde-temps reconnu. Pour les réglages, entre l'utilisation d'une autre montre ou un outil à compter les spiraux, il y avait différentes possibilités.
Techniquement, tout ne vient pas du ressort de l'échappement. La masse et l'inertie du balancier jouent aussi. Un balancier de masse constante, à vis, change de fréquence lorsque l'on dévisse les vis et ce sans pour autant les ôter; comme la patineuse qui accélère sa rotation en ramenant ses bras contre son corps. La force exercée joue également...

Re: Etalonnage montres et histoire.

MessagePosté: 12 Oct 2018, 22:52
par Saturne
Bonsoir,

Comme le signale Bruno_D les livres généralistes d'histoire de l'horlogerie sont souvent assez légers sur l'histoire des techniques; à fortiori sur des détails aussi précis.
Néanmoins, un titre me revient en tête : "Historique du réglage de précision depuis son origine jusqu'au commencement du XX siècle" par E. Magron.
Peut-être contient-il les réponses à tes questions? Je crois qu'on l'a au boulot, il faudrait que je jette un œil.

Ta question est un peu vague ou disons qu'elle en contient plusieurs :
-Quels étaient les anciens étalons "primaires" de temps
-Quels étaient les étalons "secondaires" (ceux utilisés en pratique par les horlogers pour régler leurs montres"
-Comment était opéré ce réglage

Pour l'étalon primaire, pendant longtemps c'était tout simplement l'observation des phénomènes célestes définissaient le jour et ses sous-multiples. La définition de la seconde n'est détachée de la rotation de la terre que depuis 1967. Évidemment, ça ne veut pas dire que jusqu'en 1966 les horlogers réglaient leur montre en les comparant avec les observations d'une lunette méridienne ou d'un cadran solaire! D'où l'intérêt d'étalons secondaires.

Ces étalons secondaire ont logiquement été les horloges. Dès Huygens et l'application du pendule aux horloges vers 1650, on a obtenu une précision suffisante (quelques secondes de dérive par jour) pour régler les montres en se fiant à une bonne horloge qui elle-même était réglée par rapport au Soleil ou aux étoiles. Au fil du temps, on amélioré la précision des observations astronomiques (création d'observatoires dans les régions de production horlogère),la précision des étalons secondaires (régulateurs mécaniques, puis électromécaniques, puis horloges à quartz) et la précision de la transmission de l'information (au départ on allait "chercher l'heure" directement à l'observatoire avec une montre de précision, il y eut des signaux optiques, puis les observatoires ont diffusé l'heure par signaux télégraphiques, puis par voie hertzienne, etc.).

Et pour la dernière question : comment était opéré le réglage en pratique? Tout simplement par comparaison avec l'étalon et retouche en conséquence. La retouche de la période se faisant par ajustement de la longueur du spiral et du moment d'inertie du balancier (vis de réglage, rondelles).
On dégrossissait le comptage du spiral sur la machine à régler (comparaison avec un balancier-spiral de référence).
Une fois le tout monté, il fallait comparer la marche de la montre avec le régulateur de l'atelier. Ce qui impliquait d'attendre plusieurs heures entre chaque retouche pour atteindre des réglages d'une certaine précision, et à répéter aux positions et températures! On comprend le gain de temps énorme apporté par les premiers chronocomparateurs permettant de connaitre instantanément la dérive d'une montre.

J'ai condensé et résumé, on pourrait développer bien des points mais ça de viendrait un peu long :lol:

Re: Etalonnage montres et histoire.

MessagePosté: 13 Oct 2018, 10:56
par caput
Et la bonne Horloge parlante inventé en 1933 par Ernest Esclangon. :coucou:

Re: Etalonnage montres et histoire.

MessagePosté: 13 Oct 2018, 17:00
par Saturne
caput a écrit:Et la bonne Horloge parlante inventé en 1933 par Ernest Esclangon. :coucou:

Et réalisée par Brillié :) :coucou:



Depuis hier, j'ai pu jeter un œil au livre "Historique du réglage de précision depuis son origine jusqu'au commencement du XX siècle" En fait Magron est l'éditeur, l'auteur étant P. Berner.
C'est une plaquette de vingt pages qui traite principalement des inventions théoriques et pas du réglage pratique.

Du coup je me suis tourné vers les manuels scolaires et j'ai trouvé quelques informations dans le "Cours de réglage destiné aux régleuses" par A. Vuilleumier (1944).
On y présente la méthode avec et sans chronocomparateur, invention encore relativement peu répandue à l'époque :

Image
Image
Image

Re: Etalonnage montres et histoire.

MessagePosté: 25 Oct 2018, 13:53
par darkducobu
Cette question dépasse largement mon niveau de connaissance, mais il me semblait qu'en France l'heure était calée sur une horloge atomique ?

Re: Etalonnage montres et histoire.

MessagePosté: 25 Oct 2018, 14:19
par caput
Ha le bon vieux Vibrograf .. TacTac Tac Tactac Tac ... :lol: