Horlogerie-Suisse     Photos de Montres     Marques     Théorie d'horlogerie     HorloMag     Emplois     Complications     Echappement 

  • Publicité

Les Complications commencent...

On parle de l'horlogerie et des montres en général, de notre passion horlogère et des actualités concernant l'horlogerie suisse. Commentaires sur les nouvelles montres présentées par les marques.

Modérateurs: magellan, M.A.S.O, fabala, hl9000

RÈGLES DU FORUM, À LIRE IMPÉRATIVEMENT AVANT LE 1ER POST

Les Complications commencent...

Messagepar hl9000 le 16 Déc 2008, 23:50

Image (Pensées pour Roléga qui s'y connait en complications... :coucou: )
Imageoute autre fonction que l'heure, sur une montre mécanique, est appelée complication.
En fait, tout ce qui sort de ce qui est décrit dans le fonctionnement d'une montre mécanique simple est une complication.
En fait, pour mon cerveau, une montre mécanique simple est déjà une complication, mais ça...
Aux titres de complications, on trouvera les fonctions supplémentaires (ou complémentaires) telles que les petites secondes, le chronographe, les tri-quantièmes, mais aussi les améliorations de fonctionnement comme le tourbillon, le résonateur ou le carrousel.
En fait, et pas seulement pour mon cerveau, on appelle complication tout ce qui complique une montre au delà de son fonctionnement simple, tout ce qui rajoute des roues, des cliquets et autres mécanismes, à celui de base, servant uniquement à reproduire le schéma suivant :
Image

De manière plus exhaustive, on y trouve :
Image
- les indications de date ; le quantième du mois, le mois et/ou le jour de la semaine. Parfois même on se complique la vie en précisant la semaine de l'année (utile pour les comptables et autres administrateurs).
Ces indications font parti des plus utiles car elles offrent une valeur très précise que les progrès technologiques et l'électronique n'ont pas rendues plus précise. Un lundi 22 Février reste un lundi 22 Février, qu'il soit indiqué par des aiguilles, des disques tournants ou un ordinateur avec quadri-pentium à lave-vaisselle intégré. Sur une montre mécanique, ces indications se fondent sur un système de démultiplication à partir de la roue des heures... on distingue alors les quantièmes simples, les annuels et les perpétuels (bon, un certain Cepheus ajouterait les séculaires).
Les simples ne sauront vous dire si le mois en cours pose 30 ou 31 jours et nécessiteront donc 5 réajustements manuels par an.
Les annuels ne savent pas qu'il y a des années bissexuelles, ni même que le mois de Février est celui où les hommes politiques disent le moins de mensonges car il ne comporte que 28, et au mieux 29 jours ; il faudra donc faire une correction chaque année.
Les perpétuels sont... perpétuels ! Ils ne sont à remettre à jour que lorsque la montre s'arrête car ils savent bien que le mois de Février ne comporte au mieux que 29 jours, et ce, seulement tous les 4 ans.
Notez d'ailleurs que suivant le type de mouvement perpetuel (came de 12 ou de 48) on aura l'indication de l'année bissectrice ou pas. (Un bon Suisse dirait : "c'est une année bissexive ou bien ?")
Les séculaires, je n'en parle même pas... ça correspond aux montres trop compliquées. En effet, tous les 400 ans, comme Grégoire et Jules ne se sont pas mis d'accord, une année bissextile ne l'est pas ; vous comprenez ? Moi non plus. C'est pour ça qu'on dit que c'est compliqué.
Image
- l'indication de la phase de la lune ; la plus jolie et probablement la plus poétique, sauf si l'on s'en sert pour se souvenir du "mauvais temps" dans le couple. Cette complication n'est vraiment utile qu'aux adeptes de la biodynamique et aux loups-garrous (ou ceux qui vivent à côté, là-bas, en transylvanie). Là encore, plusieurs systèmes pour différentes complications : une lunaison dure exactement 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes... allez me reproduire ça en un rouage, Charles ! Il y a donc les phases de lune simple, à réajuster d'un jour tous les 2 ans et demi, et les "astronomiques" qui ne se décalent d'un jour que tous les 122 ans, juste bien pour léguer sa montre déréglée à son arrière-arrière petit-fils.
Image
- les autres indications astronomiques ; il faut bien garder en tête que les montres sont une représentation graphique et simplifiée des mouvements de notre planète dans l'univers (ou du moins, dans le système solaire). Aussi est-ce bien l'astronomie qui mène à l'horlogerie et non l'inverse. L'astrolabe est peut-être l'ancêtre de l'horloge... Le système d'Antikiythera était fait pour donner tout plein d'indications astronomiques, plus que l'heure ; avait-on seulement la notion d'heure, à l'époque ?
C'est donc un juste retour des choses d'indiquer quelques autres notions astronomiques sur une montre, en sus de l'heure et des minutes. On trouvera l'heure du lever et du coucher du soleil, l'équation du temps, la carte du ciel étoilé, la position de certaines planètes dans les constellations du zodiaque, et d'autres indications encore, précises, sur une montre-bracelet, pour quelqu'un qui porte la montre là où cette dernière a été conçue et n'en bouge pas. Le genre de montre idéale pour Jean Rostand qui a passé 30 ans dans sa demeure à étudier des mouches.
Ces indications, peu ou même pas du tout utilisées de nos jours, ne sont là qu'à titre de très grandes complications pour élever la montre à ce qu'elle représente en termes de prouesse horlogère : une montre plus chère que ma propre existence (sic).
Image
- les mesures de temps courts ; tout ce qui est chronographe ou qui compte et "marque" des temps parfois inférieurs à la minute, qui nécessitent une précision la plus ultime possible, souvent inférieur au 100è de minute.
Alors d'abord, on va préciser d'emblée que "Chronomètre" est un certificat (norme ISO 3159), lorsque Chronographe est le mot qu'on voulait dire. Cela vient simplement du fait que l'invention de Nicolas Rieussec écrivait proprement (enfin, presque, mais à l'encre suisse en tout cas !) la mesure du temps court qui était compté.
Les chronographes se distinguent, d'un point de vue complication horlogère, par les systèmes employés - cames ou roue à colonnes - et ce qu'ils doivent afficher, notamment ce à quoi correspond un tour d'aiguille dans un cadran, et quels cadrans il faut. Aussi le nombre d'aiguilles qui vont compter ces temps courts, et le nombre de poussoirs qu'il faut pour démarrer le comptage, l'arrêter, le remettre à zéro. Le reste est histoire de graduation.
Avec un chronographe, on peut savoir combien de temps on arrive à tenir sans respirer, à quelle vitesse roule notre Reno 5 turbo-lide, à quelle distance se trouve l'orage qui vient de zébrer le ciel avant de faire "braouuum", à quel point je suis amoureux d'après mes pulsations cardiaques, en attendant Marie... Avec un chronographe, on surveille la cuisson des nouilles, parce que les nouilles, comme le confirmera Angelo Bonati, ça se mange "Al Dente", voire "Al Casser la Dente".
Parce qu'un chronographe avait besoin d'être encore plus compliqué, on y ajoute un type : Simple... Retour-en-vol, pour remettre à zéro et redémarrer en un clic, ou un tchik... Rattrapante pour que 2 aiguilles fassent la route ensemble mais se disputent de temps à autres jusqu'à ce que la raison l'emporte que que l'aiguille femelle revienne toujours aux côtés de sa moitié...
Au fait : l'affichage des secondes, que ce soit par une aiguille centrale ou sous forme de petite seconde, n'a rien d'anodin.
C'est une complication qui préfigure probablement le chronographe dans le sens où cela permet d'estimer un temps court avec précision, mais sans pouvoir "marquer" cette mesure.
Image
- l'indication du décompte d'un temps restant ; c'est la régate qui semble se prévaloir de l'origine de cette complication, bien que la cuisson des spaghetti y soit également fortement liée. La plupart des montres possédant cette complication décomptent 10 minutes, ce qui correspond au standard de régate le plus courant ainsi qu'aux Lustucru. Mais il en est bien sûr de tous les décomptes et de toutes les utilisations. Aurais-je fait ce cauchemar d'une Bregoultre-Philistantin que l'on m'offrait qui décomptait les minutes restantes de ma vie ici bas ?
Image
- l'indication des marées ; à ne pas confondre avec l'indicateur de raz-de-marée qui est encore à l'état d'étude chez certains horlogers futuristes. Il s'agit d'une complication compliquée car elle tient compte de beaucoup de paramètres. En outre, cette indication, utile aux ramasseurs de moules et plaisanciers habitant loin de la Suisse, doit être réglée pour une latitude donnée. Peut-être quelque chose à développer ?!
Image
- le deuxième fuseau horaire, ou plus ; encore une complication utile à beaucoup, depuis 1884, date à laquelle les fuseaux horaires ont été institués. Du point de vue horloger, la complication n'est pas la pire, en théorie. Mais les systèmes sont très variés car c'est la lisibilité et la possibilité de facilement modifier une heure sans changer l'autre qui a apporté tous ces différents systèmes toujours plus ingénieux. La plus belle montre du genre est sans conteste la Jaeger-LeCoultre Master HomeTime (modèle 2004), mais les offres sont très variées. Certaines montres offrent la possibilité de lire l'heure dans tous les fuseaux horaires d'un seul coup d'œil, mais il est fortement recommandé d'avoir un cachet d'aspirine sous la main. Notez que pour rendre la complication plus compliquée, il est souvent indiqué si l'heure "secondaire" est ante meridiem ou post meridiem, indiqué sous forme "jour-nuit". Si cette dernière indication est présente sur une montre qui n'affiche pas de second fuseau horaire, c'est que ça sert lorsqu'on a désespérément trop bu et qu'on ne sait même plus s'il fait jour ou nuit.
Image
- L'indication GMT, qui ne sert à RIEN si la graduation n'est pas tournante mais permet de trouver le nord si vraiment toutes les conditions sont réunies pour que vous puissiez le trouver même sans ça.
Image
- L'indication de la réserve de marche ; que la montre soit automatique ou à remontage manuel, l'indication de combien de temps il reste avant la prochaine secouille obligatoire (entendez par là ce que vous voulez ; les connaisseurs n'entendent plus très bien, paraît-il !) est une indication aussi utile qu'une jauge à essence dans une automobile. Certaines marques semblent s'être spécialisées dans cette indication et d'autres s'en servent pour afficher ostensiblement leur grosse réserve.
Il reste que cette complication peut être utilisée comme compte à rebours dès lors qu'on retire sa montre du poignet.
Image
- Petite et Grande sonnerie ; non contents d'habiter juste à côté de l'église et d'entendre les cloches sonner toutes les heures, certains horlogers ont cru bon d'introduire cette complication en ajoutant même la sonnerie des quarts d'heure.
Ajoutez à ça une boîte à musique, et c'est la fiesta toutes les heures, voire tous les quarts d'heures. Complication pour les
nostalgiques des comtoises que grand-père laissait sonner toute la nuit. Heureusement, sur les montres, les sonneries sont équipées également d'un verrou pour ne pas être obligé de faire chambre à part.
Image
- Alarme ; bizarrement, c'est la complication la moins appréciée des horlogers qui est probablement la plus utile. En voyage ou dans le salon pendant que les coquillettes cuisent, il est bon de pouvoir compter sur une sonnerie programmée pour laisser le temps s'écouler sans s'y accrocher comme un coucou.
Image
- Répétition ; qu'elle soit des quarts ou carrément des minutes, la sonnerie de répétition du temps est probablement la plus grande complication qui soit car il faut que le mécanisme "mémorise" l'heure pour le reproduire sous forme d'une sonnerie. Que l'on en juge en regardant un mouvement : on y trouve une surprise à chaque fois !
Cette complication n'est utile que parce qu'elle est compliquée... ou peut-être aux aveugles. Elle me rappelle toujours ce panneau en bois à un mètre cinquante des rails d'une montagne russe, qui disait "attention à la tête", et qui n'était là que pour indiquer de baisser la tête... A CAUSE DU PANNEAU !!
Une question me turluraude néanmoins : pourquoi une répétition des quarts et pas des dizaines, ce qui eut été plus simple à interpréter pour mon cerveau au calibre d'un mouvement baguette (pour ne pas dire calibre 101) ?
Certes, ces répétitions des dizaines existent, mais sont très très rares !
Image
- les complications d'ordre conceptuel servant à présenter les choses différemment ou à améliorer la précision, l'affichage et le fonctionnement ; Si les heures sautantes sont faites pour désolidariser un peu plus les montres du mouvement de rotation de la Terre, les secondes sautantes sont quant à elles, le nec plus ultra en matière de snobisme : elles font croire à un mouvement électronique à quartz !
Si on vous vend une montre à affichages rétrogrades, ne croyez pas que vous aurez forcément affaire à une vintage ! Tout est affaire de place.
Certaines montres se compliquent vraiment l'existence en matière d'affichage ; j'en veux pour preuve l'Urwerk UR-202 ou la quantième perpétuel de Calibre101 présenté ici.
Mais à la course vers la précision ultime, les horlogers sont des pilotes hors pairs. Il existe le tourbillon, dont l'efficacité sur une montre-bracelet est empiriquement démontrée... nulle ! Le Carrousel, cousin du tourbillon, mais en plus compliqué encore. Les gyrotourbillons, les résonateurs, les différents échappements, la forme des dents de roues, les roulements, les matériaux utilisés, insensibles au froid, au chaud, aux chocs et aux champs magnétiques... tout est passé au crible du génie des horlogers pour tenter sans cesse d'améliorer la précision des montres dans l'espoir qu'une montre mécanique puisse être aussi précise un jour qu'une pauvre montre électronique radiopilotée à 10 euros.
:sm27:
On a opéré un transfert de la nécessité au plaisir d'avoir ces complications comme le chronographe, la répétition ou l'équation du temps. Les complications actuelles, encore toutes nées d'une nécessité réelle lorsque l'électronique ne permettait pas les indications (ou amélioration, pour le tourbillon) qu'elles fournissent, ne subsistent que parce qu'elles sont représentatives de ce qu'il y a de plus beau dans le génie humain : la capacité d'inventer, suivant les moyens et le degré d'avancée technologique, ce dont on a vraiment besoin.
Les chronographes servaient véritablement aux courses, et en particulier aux courses automobiles (d'où les liens si forts). C'est aujourd'hui le symbole de la sportivité mais qui n'est vraiment plus utile qu'à mesurer son ego. Les comptes à rebours sont bien moins utiles aux régatiers qu'à la satisfaction de ceux qui arborent à la fois le bateau et la Girard-Perrefaux BMW-Oracle. Et à quoi servent vraiment les indications astronomiques ? Qui vérifie sur sa montre, pour un vrai besoin pratique, le nombre de minutes qui séparent le temps vrai du temps moyen ? Quel astronome se rappelle les constellations grâce à sa Van Cleef & Arpels "Midnight in Paris" ? Les tourbillons et autres carrousels n'augmentent pas la précision des montres-bracelets, mais uniquement leur prix ! Ce sont des complications dans le sens de ce que Freud prévient : la torture de l'esprit (pour être poli).
L'important aujourd'hui est de rendre hommage à tout ce génie horloger qui a créé toutes ces complications pour des raisons de nécessité, en les admirant et les arborrant au poignet (lorsqu'on en a les moyens), exposant ainsi fièrement les prouesses d'une profession qui regroupe autant de domaines de compétence.

Parce que tout ça n'arrive pas à la cheville de ce que l'on fait avec l'électronique. Imaginez plutôt : un simple téléphone portable donne aujourd'hui l'heure, et peut dans bien des cas servir de chronographe avec temps intermédiaires, de compte à rebours, de réveil, et s'ajuste automatiquement sur l'heure officielle atomique la plus proche.
Bientôt, on pourrait croire qu'une marque de montres oserait sortir un téléphone portable et qualifier la fonction téléphone de complication horlogère !
Image
Dernière édition par hl9000 le 19 Déc 2008, 22:27, édité 5 fois.
Festina Lente (devise d'Auguste)
Avatar de l’utilisateur
hl9000
VIP
VIP
 
Messages: 7605
Localisation: Paris

Publicité

Re: Les Complications commencent...

Messagepar FlyingSnail le 17 Déc 2008, 00:39

Excellent post JLC :10: Et très drole de surcroit (mais pas seulement, c'est ça qui est bien ;) )

Quand on parle des complications : qu'est ce qui fait qu'on nomme une complication "grande" ou "petite". Je comprends bien que l'affichage du quantième est un peu moins complexe qu'une répétition minute, mais où est la limite?
Etre toqué de tocantes est-il éthique ?
Avatar de l’utilisateur
FlyingSnail
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
 
Messages: 1431
Localisation: Ô Toulouse ! Ô mon pays !

Re: Les Complications commencent...

Messagepar Charlie-Olegue le 17 Déc 2008, 07:22

Bonjour,
chez Patek la grande complication commence au QP passent par le tourbillon et la Répétion minute.
Un quantième Anuel chronographe est une petite complication.
Avatar de l’utilisateur
Charlie-Olegue
Intéressé
Intéressé
 
Messages: 93

Re: Les Complications commencent...

Messagepar Abatazie le 17 Déc 2008, 07:51

Génial ! trés intéressant, la "secouille" est entrée dans mon vocabulaire !
in the middle of the night i come with a saladbowl
Avatar de l’utilisateur
Abatazie
Contaminé
Contaminé
 
Messages: 551
Localisation: Nancy

Re: Les Complications commencent...

Messagepar pascal27 le 17 Déc 2008, 08:34

quelle prose! Très instructif et intéressant à la fois,plein d'humour;mais pourquoi on a pas apprit comme ça, à l'école..?!
Avatar de l’utilisateur
pascal27
Débutant
Débutant
 
Messages: 35
Localisation: 27450 st martin st firmin

Re: Les Complications commencent...

Messagepar Madman le 17 Déc 2008, 10:56

Quel plaisir de te lire :) Et j'en ai appris tout un rayon...
Merci, merci, merci !
- No watches at home !
Avatar de l’utilisateur
Madman
VIP
VIP
 
Messages: 5223
Localisation: K-PAX

Re: Les Complications commencent...

Messagepar jlgian le 17 Déc 2008, 13:16

Merci pour les photos, merci pour le texte, c'est super.... un petit penchant pour la Amvox1.... qui sonne
Avatar de l’utilisateur
jlgian
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
 
Messages: 636

Re: Les Complications commencent...

Messagepar DaggetMC le 17 Déc 2008, 15:52

C'est sérieux tout ça ? Vraiment ? :mdr:
Très bon sujet, JLC. Bien expliqué, bien illustré, un poil d'humour... parfait ! (enfin presque : compétence avec un e)
Merci.
@ +
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Re: Les Complications commencent...

Messagepar hl9000 le 17 Déc 2008, 15:58

DaggetMC a écrit:(enfin presque : compétence avec un e)

T'as de la chance que je suis pas susceptible, parce que je suis pas susceptible, t'as de la chance ! :grumble: :grumble: :grumble:

Blague à part : corrigé ! Merci Marie-Claude :coucou:
Festina Lente (devise d'Auguste)
Avatar de l’utilisateur
hl9000
VIP
VIP
 
Messages: 7605
Localisation: Paris

Re: Les Complications commencent...

Messagepar hl9000 le 18 Déc 2008, 17:56

Image
Georges Cullaz, président de la manufacture horlogère Bregoultre-Philistantin, nous donne son point de vue sur l'évolution de l'industrie horlogère et en particulier, des complications.

Image
Je pense en effet que le glissement de la nécessité vers le plaisir pur est désormais totalement opéré et que si de nouvelles complications devaient apparaître, elles ne seraient que l'aboutissement d'une recherche formelle pure visant à satisfaire un défi d'horloger plutôt qu'à répondre à un besoin technique ; Il n'est plus de besoin que l'électronique ne saurait mieux combler dans tous les cas ! D'ailleurs, si l'on regarde les choses en face : même l'heure ne présente plus trop d'intérêt utile sur une montre mécanique, aujourd'hui. L'heure s'affiche partout, sur tous les gadgets de la vie quotidienne. Je dois avoir au moins vingt indicateurs de l'heure chez moi, du four à la télévision en passant par mon téléphone et mon ordinateur, et si je dois barouder dans des coins où je n'aurais pas de magnétoscope sous le nez, alors ce n'est pas l'endroit où je porte ma Bregoultre-Philistantin.
La haute horlogerie ne se porte au poignet que comme un bijou à double valeur : esthétique, comme tous les bijoux, et hommage au travail d'horlogerie. On veut que sa montre soit belle, qu'elle soit représentative de ce que l'on est, et aussi qu'elle soit compliquée parce qu'elle est le symbole de ce que l'homme peut réaliser de plus génial (au sens étymologique, ndr). Bon... c'est aussi probablement un symbole Freudien, une image de réussite sociale, etc. mais je ne peux pas juger de ça car je n'ai pas cette optique pour la réalisation des Bregoultre-Philistantin ; je laisse ça à nos concurrents Zebith et TAL-Heure.
...
Pour autant, je suis certain que d'autres complications vont naître et que celles existant vont continuer à se perfectionner ; les complications, comme dit dans la description "d'ordre conceptuel" vont progresser avec l'évolution des technologies pour apporter aux montres mécaniques plus de précision et dans la durée. Les nouveaux matériaux et les nouvelles possibilités de les travailler vont permettre de créer de nouveaux concepts ; on le voit déjà avec l'échappement Stable de Gérard-Pirrégout. Certainement le développement des nanotechnologies va ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de travail et de nouvelles réalisations ultra-poussées. Bregoultre-Philistantin prépare déjà un système de "rouage" sans roue dentée, un organe de transmission révolutionnaire, mais je ne peux pas vous en dire plus.
Si les complications d'améliration de la précision progressent, les autres complications également : on peut imaginer des phases de lune à ne jamais corriger, des équations du temps dépendant du lieux où se trouve le porteur de la montre, etc.
De nouveaux défis pour l'affichage ou dans la conception même de représentation du temps vont se présenter.
Image
L'enjeu est désormais de conserver ce mélange de tradition et d'innovation propre à continuer de fournir ce pour quoi les montres mécaniques sont uniquement faites : non plus répondre à la nécessité de conserver le temps, mais être LE bijou porteur des valeurs esthétiques et du génie humain.

:cestcelaoui: :tusors:
Dernière édition par hl9000 le 19 Déc 2008, 22:22, édité 2 fois.
Festina Lente (devise d'Auguste)
Avatar de l’utilisateur
hl9000
VIP
VIP
 
Messages: 7605
Localisation: Paris

Re: Les Complications commencent...

Messagepar calibre101 le 18 Déc 2008, 22:12

Merci JLC de ces explications sommes toutes sérieuses mais traitées sans trop de salamalecs.

Pour le rouage sans roues dentées, je crois que je vais balancer ...tu parles de celui à contacts statiques ou
ou l'autre à adhérence en silicone ???
Ben ouais, Jojo m'en a parlé et m'a promis que cela allait être du jamais vu !!!

Quant à cette pauvre maison Zebith, S.A.S fanat le ouf 1er, son CEO people avec toutes la simplicité et l'humilité qui le caractérise :twisted: , m'a promis d'incruster des lasers organiques au sein de ses futures créations qui auront un effet stroboscopique via la rotation des ailettes de ventilo des modèles actuels ...
Si c'est pas de la complication ça ?!!!
Mais peut-on considérer ce genre de maisons surfaites (et au passé pourtant empli de noblesse ...) comme concurrentes de Bregoultre-Philistantin.
Que nenni, BP ayant sut conserver son prestigieux passé sans s'assoir dessus comme Zebith. :twisted: (Pu...., trop bon ce surnom que t'as trouvé, j'adopte !!!)

En complications, il faudrait inventer aussi un truc qui te prévient via un carillon ou autre sonnerie quand vient la saute d'humeur de nos chères
et tendres sans être obligé de calculer depuis la précédente ....
De toutes manières, j'en profite, car on m'a collé une étiquette de misogyne ici-bas ... Sais pas pourquoi d'ailleurs ? :oops: :lol: :lol: :lol:


Arvi pa
Ne le dites pas, faites-le !
Arvi pa
Rendez-nous les Figolu !
Avatar de l’utilisateur
calibre101
VIP
VIP
 
Messages: 2277
Localisation: Dans la Yaute.

Re: Les Complications commencent...

Messagepar HENRY le 24 Déc 2008, 14:56

La complication en horlogerie mécanique est peut-être un moyen de fuire la modernité,en tout cas je vois que ne je suis pas seul à le penser.Outre ce post,j'ai lu un article dans une revue de collectionneurs horlogers;l'auteur était perplexe en constatant que sur un chrono récent Lange&Sohn le constructeur y avait adjoint...la bonne vielle fusée et sa chaîne.Râcler les fonds de tiroirs semble être la philosophie de nos constructeurs de prestige.On notera que l'on parle de complications dans l'horlogerie mécanique mais que pour les mêmes attributions dans l'horlogerie électronique on dit;fonctions ou multi-fonctions.Le respect ,la volonté de perpétuer la tradition n'implique pas un refus des inventions.Henry
L'horlogerie a un avenir, à condition qu'elle innove.
Avatar de l’utilisateur
HENRY
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
 
Messages: 1339


Retourner vers Forum général

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 4 invités