Page 3 sur 3

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 13 Sep 2010, 09:06
par cepheus1960
Cette similitude est-elle si étonnante ?

1. Les horlogers allaient en apprentissage chez des maîtres. On y découvrait les trucs et les secrets d'une "bonne" montre.

2. L'information circulait, sous la forme d'ouvrages techniques, ainsi que de publications comme l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

3. La "copie" ne date pas d'aujourd'hui...

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 13 Sep 2010, 09:11
par Michel F Reims.
:coucou:

je ne sais plus sur quel ancien ouvrage, j ' avais lu ceci :

Il arborait fièrement sa fausse Breguet donc j ' en conclu que le fau excistait déjà à cette époque malheureusement...

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 13 Sep 2010, 15:30
par fab 52
bonjour ,superbe travail ,tes montres sont vraiment magnifiques ,peut tu me donner le diamétre en général de ce genre de montre; merci fab

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 13 Sep 2010, 19:00
par pignon dit crognon
SULREN a écrit:Bonjour,

Pignon dit crognon a dit:
On lit souvent que les aciers les meilleurs venaient d’Angleterre.

Les meilleurs aciers du Moyen Age sont ceux d’Espagne (Tolède) et de Syrie (Damas).
Au XVIIe siècle ce sont les fers d’Allemagne, du Piémont, de Hongrie, de Styrie qui donnent le meilleur acier.
Au XVIIIe ce sont ceux de Suède.
Au XIXe c’est l’Angleterre qui possède une grande avance technologique.

Un historique de l'acier :
http://www.hydroretro.net/etudegh/acier_historique.pdf

Cdlt


Très intéressant; merci.

La Chine est maintenant dans le circuit!

les aciers

MessagePosté: 13 Sep 2010, 20:05
par ChP
pour égayer
l'acier cela reste froid...
1914
Image

1916
Image

1919
Image

aMicalement