Page 1 sur 3

Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 24 Aoû 2010, 15:07
par Pianiste007
Bonjour à tous,

J'ai récemment fait entièrement restaurer une belle montre ancienne et j'ai décidé de faire un reportage en images, montrant les différentes étapes.
Il ne s'agit pas ici d'une simple révision, mais véritablement d'une restauration, ayant pour but de remettre la montre dans un état le plus fidèle possible à ce qu'elle était lorqu'elle fut produite. Les pièces manquantes, ou abîmées, ont été entièrement refabriquées à la main. Il existe seulement une poignée d'artisans capables de faire de tels miracles. C'est grâce à eux que des montres rares, des morceaux d'histoire, sortent de l'oubli et jouissent d'une seconde jeunesse.

Je tiens à remercier tout particulièrement monsieur J.F. Moinet, qui a réalisé un excellent travail sur la montre que je lui ai confiée.

La montre telle que je l'ai achetée : C'est une grosse montre à verge avec double boîte en or 18K, manufacturée par Norton vers la fin du XVIIIe siècle. Elle possède une sonnerie des quarts sur cloche ainsi qu'un quantième.

Image

Image

La boîte ferme mal et le verre a été recollé :

Image

Les aiguilles sont recollées et le cadran est fort abîmé :

Image

Le mouvement est sale :

Image

Image

Observons la quadrature. Elle est sale. La chaîne est oxydée. Le ressort de tout ou rien est cassé. Tous les rouages de quantième sont hélas manquants (il y avait donc de grandes chances que cette montre ne possède plus jamais de date pendant encore très longtemps...) :

Image

Image

Estimant que cette montre mérite d'être sauvée, je l'envoie à monsieur Moinet.
Il m'a gracieusement fait parvenir des photos prises lors de sa restauration ;)

Voici le détail des opérations effectuées :

Image


Tout d'abord, le désossage :

Image

La fusée était vraiment dans un triste état à l'intérieur :

Image

Image

Toutes les pièces sont nettoyées, puis remontées et huilées :

Image

Image

Il confectionne ensuite la roue de 32 dents qui a pour but d'entraîner le quantième :

Image

Arrondissage :

Image

Mise à épaisseur :

Image

Les pièces de quadrature (ainsi que le coq et le balancier) :

Image

Il a dû aussi refabriquer le ressort d'appui de la roue entraîneuse, adapter une roue de quantième 31 dents provenant de son stock de pièces anciennes, et choisir des aiguilles (qui sont fort belles d'ailleurs) :

Image

Les aiguilles sont ensuite dorées :

Image

Image

Il remonte la quadrature (le ressort de tout ou rien qui était cassé a également été refabriqué ):

Image

Ensuite les trois aiguilles sont posées et ajustées :

Image

Image

Image

Cette montre possède aussi une sonnerie "tactile" :

Image

Pour terminer, il passe le cadran aux ultrasons, remplace le verre et il remonte le tout.

Voilà donc la montre terminée et entièrement opérationnelle :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Et pour terminer, une petite video :

Image

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 24 Aoû 2010, 20:41
par tranber70
Belle arrivée, merci pour le partage de cette restauration. Comme je le suis (un peu), je ne la vois pas, la cloche. C'est la pièce grise que l'on voit au fond du couvercle?
Le quantième était fréquent à cette époque?

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 24 Aoû 2010, 21:18
par lexxx
Très belle restauration d'une pièce qui le méritait!

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 24 Aoû 2010, 21:30
par JCS
Je me permets une petite critique constructive :

Sur une telle pièce, les vis auraient mérité et repolissage et bleuissage, cela
prend peu de temps et réhausse l'aspect final :

Image

A part cela très beau travail.

@+

JC.

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 24 Aoû 2010, 21:33
par Pianiste007
tranber70 a écrit:Belle arrivée, merci pour le partage de cette restauration. Comme je le suis (un peu), je ne la vois pas, la cloche. C'est la pièce grise que l'on voit au fond du couvercle?
Le quantième était fréquent à cette époque?


On voit la cloche sur la 6e photo.
Le quantième n'était pas si fréquent que ça à l'époque. Surtout quand il est mêlé à une complication comme la répétition.

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 25 Aoû 2010, 02:01
par achil
Tres beau travail ,sans indiscretion ,combien coute une telle restauration ?

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 25 Aoû 2010, 09:18
par SULREN
Bonjour,
Dès que ce reportage est paru j’ai voulu dire mon admiration, mais je me suis abstenu, considérant que le travail d’un Maître ne pouvait être valablement jugé que par ses pairs et pas par l’amateur de 3eme rang que je suis (sans fausse modestie).

Maintenant qu’ils se sont exprimés je me permets d’adresser mes louanges sur ce bel ouvrage.
Sans posséder soi-même de montres de valeur, on peut par comparaison avec ce qu’on a vu dans les revues de l’AFAHA, ou de collectionneurs, ou sur ce Forum, dire que cette montre est très belle. Certes ce n’est pas la Marie Antoinette, tant s’en faut, mais elle est de bonne facture et possède quelques complications. Il faut remercier son propriétaire de l’avoir montrée sur ce Forum.

Il faut aussi lui rendre hommage pour lui avoir redonné son éclat d’origine et la faculté de fonctionner et de contribuer ainsi à la conservation du patrimoine horloger. Il aurait pu comme beaucoup la laisser tristement dans son état de décrépitude, dans un coin de vitrine.

Sans être soi-même capable de faire une parcelle du travail de restauration qui a été conduit ici, on peut, toujours par comparaison avec ce qu’on a pu voir ici ou là, se dire que peu de personnes sont capables d’une telle maîtrise.
Je voudrais donc adresser un grand « bravo » à celui qui a voulu et qui a pu, exécuter avec maestria ce travail de restauration sur une pièce de belle noblesse et le remercier de nous en avoir fait profiter. Il a peut être aussi fait sa « pub » par la même occasion, c’est vrai, mais tous les maîtres d’un art le font et il faut considérer cet aspect des choses comme secondaire par rapport à l’apport sur l’apprentissage et à l’élan de motivation sur la jeunesse qui voudrait s’engager dans ce métier, ou simplement sur les amateurs qui ont soif d’être tirés vers le haut.

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 25 Aoû 2010, 20:41
par steyr
Les remarques sur les vis, sans savoir de quoi il retourne précisément c'est avenu mais pas moins nul.

Je suis ravi de te lire ici. Nous allons sans doute profiter de ta collection-à-tomber au goutte à goutte comme le laisse présager ce magnifique exemplaire.
L'aspect restauration avec la façon donne encore une autre dimension à la présentation. JCS nous en donne d'ailleurs des extraits très régulièrement.
Merci et Merci par avance :wink:

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 25 Aoû 2010, 21:31
par webmaster
Vous m'en voudrez pas, j'ai nettoyé un soupçon pour ne garder que le meilleur du post :clin:

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 25 Aoû 2010, 21:44
par steyr
C'est propre, ça brille, et j'me vois dedans. :wink:
Merci !

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 25 Aoû 2010, 22:09
par SULREN
C'est propre, ça brille, et j'me vois dedans.

C'est la transparence?

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 26 Aoû 2010, 00:10
par Pianiste007
webmaster a écrit:Vous m'en voudrez pas, j'ai nettoyé un soupçon pour ne garder que le meilleur du post :clin:


En effet j'ai vu qu'il y a eu pas mal de ménage dans ce post.
J'aimerais mettre les choses au clair : je n'étais même pas au courant des tensions avant de poster mon message, et après tout ce n'est pas mon problème. J'essaie au maximum de me tenir à l'écart de tout ça.
Ce qui m'intéresse avant tout, c'est l'horlogerie, c'est apprendre, faire partager, redonner vie à des belles pièces (ce qui engendre toujours une certaine émotion d'ailleurs). En ce qui concerne cette montre, je pense que vous êtes tous d'accord sur le fait que l'artisan a effectué un très beau travail (ça lui a pris une trentaine d'heures si j'ai bonne mémoire). Donc voilà, j'ai simplement voulu vous faire part de ma joie, n'y voyez aucune provocation de ma part, ceux qui me connaissent savent que ce n'est vraiment pas mon genre.

Évidemment il y a toujours des petites choses à dire, et vos remarques sont constructives. Les vis par exemple, c'est vrai qu'elles auraient pu être rebleuies, mais je n'y avais même pas pensé, car je trouve le résultat très bien comme ça. La montre n'est pas neuve, elle a des traces du temps, donc les petits défauts esthétiques ne me dérangent pas.
Et rares sont les montres vieilles de 200 ans qui sont en parfait état. Mais ça existe tout de même, la preuve :

Image

Image

Ou encore ça :

Image

Image

Image

(Ne cherchez pas de cheveux sur les cadrans, il n'y en a pas un seul)

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 26 Aoû 2010, 07:16
par amat_heure
superbes montres! celle au fond émail est vraiment sublime. On dirait en dessous une autre montre à sonnerie ?

Très beau travail de restauration sur ce post. ( je connais bien l'artisan pour lui avoir fait refaire également une montre à sonnerie en or, mais plus récente que celle du post).

Qui d'autre aurait pu remettre cet état là avec ces aiguilles ?

Merci de montrer tout ça de a à z.

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 26 Aoû 2010, 07:49
par webmaster
La première est superbe [8] il y a tout, l'émaillage, le cadran avec son marquage particulier

Re: Restauration d'une montre à répétition en or fin XVIIIe

MessagePosté: 26 Aoû 2010, 08:17
par SULREN
Bonjour,

C'est la première fois que je vois une vis apparaitre sur un cadran; cela se faisait-il souvent? (3eme photo en partant du haut).
Le guillocheur est un as et il a du utiliser un tour à guillocher en parfaite condition. Aucune imperfection et quelle précision dans l'arrêt des gravures au centre du boîtier, qui assure une jonction parfaite des tracés conjugués. C'est impressionnant!

Quant à l'émaillage, il ne nécessite pas la moindre retouche sous Photoshop. On à l'impression qu'il est resté 200 ans enfermé dans une boîte, sous atmosphère d'azote et en présence de dessicateur sans aucun effet secondaire.