Horlogerie-Suisse     Photos de Montres     Marques     Théorie d'horlogerie     HorloMag     Emplois     Complications     Echappement 

  • Publicité

Question pour les spécialistes de l'achevage?

On parle technique horlogère. Que huiler, comment fonctionne un mouvement, rhabillage horloger etc....

Modérateurs: magellan, M.A.S.O, fabala, hl9000

RÈGLES DU FORUM, À LIRE IMPÉRATIVEMENT AVANT LE 1ER POST

Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar sabeldom le 05 Mai 2018, 19:41

Bonsoir à vous tous
Je m'adresse aux spécialistes de l'achevage, cas ou l'ancre est dépourvu des deux levées (retrouvées dans la montre ), votre méthodologie pour repositionner les deux levées sur l'ancre avec la roue d'échappement avec un réglage optimum? la cheville du plateau aux centre des deux cornes.
Bien que connaissant l'aspect théorique, J'ai ma méthode est' elle bonne!! je suis sur que vous avez les trucs d'atelier pour facilité cette délicate opération.
Si vous pouviez nous faire connaître votre méthode et la développer dans un ordre chronologique serait très instructifs pour beaucoup d'entre nous.
Merci
Bonne soirée
Avatar de l’utilisateur
sabeldom
Intéressé
Intéressé
 
Messages: 147

Publicité

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar sabeldom le 06 Mai 2018, 12:22

Bonjour
Je relance, car pas de succès,! ! !
Espérons.
Bon Dimanche
Avatar de l’utilisateur
sabeldom
Intéressé
Intéressé
 
Messages: 147

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar Bruno_D le 06 Mai 2018, 12:58

Salut Sabeldom,
Ne t'impatiente pas ! Les spécialistes ne passent vraisemblablement pas ici chaque jour, il y aura bien quelques réactions ;)
BD
Avatar de l’utilisateur
Bruno_D
Contaminé
Contaminé
 
Messages: 374

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar Pamdam le 07 Mai 2018, 14:23

bonjour

dans un premier temps, vas voir ici:
http://www.horlogerie-suisse.com/techni ... chappement

d'abord il te faut de l'alcool, dans lequel tu plonges 5' l'ancre et les palettes.
parce que l'alcool dissout la gomme laque. et dégraisse.

il te faut une plaque à gommer. c'est une petite plaque bien plate de laiton avec un manche. ses dimensions: 30x40x4 par exemple. et 140mm pour le manche.
elle est percée de quelques petits trous et tu utilises l'uns d'eux pour placer le pivot de l'ancre, plutôt au centre de la plaque, de telle sorte que celle-ci repose à plat.
normalement, les étriers sont justes bien pour recevoir les palettes, donc tu les remets en place (tu tiens ton ancre et tu pousses la palette dans l'étrier.) sans te tromper de sens, de sorte que l'angle de levée soit du bon coté et bien orienté. donc coté roue d'échappement, et en tenant compte que les dents de la roue d'échappement poussent les plans d'impulsion des palettes. ensuite tu peux également faire reposer les palettes à plat sur la plaque à gommer en appuyant doucement dessus.
le problème étant que les levées parfois sont aussi petites qu'un grain de sel...
question profondeur, tu laisses dans un premier temps un espace de 1/2 largeur de palette. donc la palette n'est pas enfoncée au fond de l'étrier.
tu as maintenant une ancre posée à plat sur la plaque à gommée, et dont les palettes sont bien orientées, un peu sorties de l'étrier, et bien à plat également sur la plaque à gommer. les palettes sont sur un même plan avec l'ancre, en dessous, et dépassent de l'ancre au dessus.

maintenant il faut les coller. le terme savant est "gommer". puisqu'on utilise de la gomme laque.
il faut alors chauffer tout ça pour que la gomme laque fonde sans bruler, et emprisonne la palette avec l'étrier sans déborder sur les surfaces utiles.
en gros, la goute de GL couvre un tiers voire la moitié de la palette, les deux cotés de l'étrier et l'arrière vis à vis de la palette, et s'est infiltrée dans le trou derrière la palette. à aucun endroit la GL a coulé sur les coté de l'étrier.

tu peux donc déposer un tout petit morceau de GL sur la plaque , proche de l'ancre, et tu mets ça à chauffer doucement. sur une flamme douce ou une chaufferette. selon tes équipements.
quand la goute fond, la température est bonne. si tu insistes la chauffe, la goute va brunir et pour finir brûler.
d'ou l'intérêt de la chauffe lente, c'est long à monter mais tu as du temps avant d'être trop chaud.

donc quand c'est chaud, tu déposes un petit bout de GL sur l'étrier, derrière la palette.
si tu y parviens rapidement, tu peux faire l'autre dans la foulée. si la goute n'est pas assez grosse, tu peux en rajouter. s'il y en a trop, que la goute est trop grosse, tu plonges ton ancre -froide- dans l'alcool en faisant attention de ne pas perdre les palettes. normalement, elles sont serrées légèrement et ne bougent pas. ...et tu recommences.

quand tes deux palettes sont gommées, avec de belles gouttes miel foncé, tu peux passer au réglage.
pour être bien, il faut que l'angle de la dent de la roue d'échappement, arrive sur le plan de repos de la palette à une distance avec l'angle du plan d'impulsion équivalent à 1/3 de la longueur du plan d'impulsion. pour voir ça, le bino est conseillé.
si ça n'est pas le cas, ce qui est probable après la pose de palettes sur une ancre, il faut chauffer l'ancre sur la plaque à gommer et faire coulisser (à chaud, donc), la palette dans un sens ou dans l'autre. quand c'est bon, tu remontes ton balancier et tu contrôles encore, mais en marche. le résultat est souvent différent. et il faut encore corriger.


est ce clair?
Avatar de l’utilisateur
Pamdam
Contaminé
Contaminé
 
Messages: 418

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar Suliac le 07 Mai 2018, 15:12

Edit: j'ai mis du temps à écrire, et je vois que quelqu'un a aussi répondu. Nos réponses semblent complémentaire, ça tombe plutôt bien.

Bonjour,

Les deux levées sont "tombées", et dans quel état est le reste? Le dard, les cornes, les goupilles de limitations, tout ça?

Je ne suis pas spécialiste, et il m'arrive rarement de devoir recoller des levées, par contre il arrive souvent de devoir reprendre l'achevage depuis la base, et j'imagine que ça revient un peu au même.

Je décris donc ici ce que je ferais, en partant des levées remontées "à l'oeil" (mais quand même bien à plat) sur l'ancre, et en estimant que le reste (dard, cornes, goupilles) est propre et en état. En gardant en tête que ce travail est souvent un compromis entre performance et sécurité de l'échappement. Je précise aussi que je fais ce travail au bino.

Balancier en place, montre légèrement armée, je regarde depuis le coté cadran. En utilisant un porte mouvement normal, on peut mettre le mouvement de façon à pouvoir faire aller et venir la serge du balancier du bout du doigt. De cette façon, on peut faire bouger l'ancre très précisément.

Pour cette étape, il faut donc avoir mis les levées à l'oeil, mais sans qu'elles soient trop sorties, de façon a ce que l'échappement ne croche pas. S'il croche, il faut rentrer la ou les palettes qui pose problème.

Une fois que ça ne croche plus, je commence par regarder l'ébat de corne, de part et d'autre. C'est le jeu qu'il y a entre la cheville de plateau et l'intérieur d'une corne. Il est limité d'un coté par le contact entre l'intérieur de la corne et la cheville de plateau, et de l'autre par le contact entre le corps et l'ancre et une goupille de limitation.

Ce jeu est souvent décrit en quantité, mais sa position est aussi importante. En pratique, lorsque l'on vient mettre en contact l'intérieur de la corne et la cheville de plateau, il faut que la dent de la roue d'échappement qui était alors en repos ne puisse pas aller jusqu'à se retrouver sur le plan d'impulsion. Si c'est le cas, il faut sortir la palette correspondante, jusqu'à supprimer cet effet.

Même chose des deux cotés.

Suivant les mouvements, il est difficile de repérer la position de la cheville de plateau, il faut travailler un peu à l'aveugle. C'est une bonne chose, avant de commencer, d'avoir regardé l'échappement depuis l'autre coté, pour se donner une idée du déplacement angulaire du balancier qui permet d'assurer les fonctions.

Une fois cette première sécurité assurée, on peut utiliser les goupilles de limitations pour régler l'ébat de corne en quantité. Il faut commencer par se donner une première référence, qui est "l'engagement total", et qui correspond à l'angle qu'on doit faire parcourir à l'ancre pour amener une dent de la roue d'échappement depuis une position de repos "maximal" sur la levée jusqu'à l'arrête du plan d'impulsion de cette levée.

L'ébat de corne idéal ne doit pas dépasser la moitié de cet angle.

En pratique, tout est déjà très petit et difficile à évaluer si précisément. Je fais en sorte que l'ébat de corne soit plus petit que l'engagement total. Je me concentre surtout sur la première sécurité, qui permet d'éviter à une dent de se retrouver sur le plan d'impulsion si l'intérieur de la corne touche la cheville de plateau.

On peut ensuite regarder l'ébat de dard. C'est le jeu qu'il y a entre le dard et le petit plateau. Il est limité d'un coté par le contact entre le dard et la petit plateau, et de l'autre par le contact entre le corps et l'ancre et une goupille de limitation. Ce jeu doit être plus faible que l'ébat de corne qu'on vient d'établir juste avant, et équivalent des deux cotés.

S'il est trop fort, on peut suivant les constructions sortir un peu le dard de son logement, ou le "forger", le but dans les deux cas étant de l'allonger. S'il est trop faible, on peut retoucher l'extrémité du dard, petit à petit. Parfois il faudra jongler entre les deux, si on a fait trop ou pas assez.

A ce stade on s'approche d'un échappement qui fonctionne de façon assez sécurisée, mais c'est aussi là qu'il faut accepter de faire des compromis.

Je contrôle les chutes et les repos des dents de la roue d'échappement sur les levées. Les dents se ressemblent toutes mais c'est une bonne idée de faire un tour complet, il y a parfois des surprises. A ce stade, je contrôle surtout que les chutes se fassent bien sur les plans de repos des levées, avec une petite marge de sécurité. Si nécessaire, je sors une ou les levées, jusqu'à obtenir ce résultat. Il arrive que les chutes et les repos ne soient pas parfaitement égaux de part et d'autre, je constate et je note, mais je ne corrige pas forcément.

Il reste à contrôler un dernier ébat, le chemin perdu. C'est l'angle que parcourt l'ancre entre la chute d'une dent sur une levées et le contact du corps de l'ancre contre une goupille de limitation. Vu autrement, c'est le petit jeu qui donne un peu d'air au bout de la dent de la roue d'échappement pour ne pas crocher. Même minime, il est très important que ce jeu existe. Si à ce stade il est nécessaire d'en ajouter, il faudra écarter les goupilles de limitation. Par la même occasion, les ébats de corne et de dard vous se trouver un peu augmentés, mais dans des quantités équivalentes et sans danger pour les sécurités établies précédemment.

On a maintenant un échappement opérationnel. C'est l'amplitude qu'on obtient à partir de là qui va guider la suite des opérations. Et c'est là que c'est intéressant tout au long du process d'avoir pu voir que tel jeu est juste, tel jeu peut encore être touché, réduit ou augmenté, etc. Parfois l'amplitude est satisfaisante et c'est tant mieux. Parfois il y en a trop et il faudra sortir encore les palettes, en veillant bien à conserver le chemin perdu. Parfois il y en a pas assez et il faut manger des marges ici et là sans compromettre les sécurités.

Bon courage dans tous les cas.

Je suis très intéressé par d'autres points de vue et méthode, voire des corrections si j'ai fait une erreur ici ou là. C'est un sujet technique et délicat, souvent difficile à aborder.

J'ai une pensée pour mon copain David.

A bientôt,

Suliac
Avatar de l’utilisateur
Suliac
Intéressé
Intéressé
 
Messages: 132

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar Maxime le 07 Mai 2018, 16:04

Je trouve ces posts très intéressants et très clairs, même si je ne ferai jamais… sans doute. Je pense que cela doit sembler naturel aux experts, mais les post-réglages indiqués montrent que le coup d'oeil exercé est très important pour la réussite. Merci aussi à la gomme-laque qui semble présenter toutes les qualités pour ce montage… si on la respecte.
Avatar de l’utilisateur
Maxime
VIP
VIP
 
Messages: 2863
Localisation: Courdimanche 95

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar caput le 08 Mai 2018, 21:39

Encore un beau sujet à suivre .
Avatar de l’utilisateur
caput
VIP
VIP
 
Messages: 2180

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar Bruno_D le 11 Mai 2018, 15:48

Je relance le sujet pour apporter ma contribution d'un cas particulier :
Un échappement co-axial Omega.
Image
En gros, c'est un peu un mélange entre une ancre normale et un échappement à détente. La particularité qui nous occupe concerne l'ancre.
Il en existe plusieurs modèles. Voici une 2500C
Image
Et ici, une 2500B.
Image
Comme vous le voyez, l'ancre est équipée de 3 palettes. Et suite au nettoyage...
Image
Une petite sortie de route !
Alors en théorie, vous avez lu ci-dessus comment il faut faire pour la remettre. En pratique, ça a effectivement la taille d'un grain de sel : la hauteur du rubis sur cette photo fait 0,4 mm, l'ancre d'une extrémité à l'autre 3,7mm.
Image
Donc après avoir réussi -1 à voir dans quel sens la remettre, -2 à la remettre dans l'encoche, il reste -3 à régler la profondeur.
Un outil sert à cela, que voici.
Image
Sauf qu'il n'est pas prévu pour travailler sur 3 palettes. Peu importe comment on la met...
Image
Impossible d'agir sur la palette de droite.
Du coup, bricolage d'une entretoise en zinc pour ne pas ébrécher le rubis.
Image
Gomme laque directement car j'avais trop peur de la perdre ou qu'elle ne bouge encore.
Mais ma chance était de n'avoir qu'une palette à remettre, donc prise des repères sur l'autre restante pour déterminer les angles des moments clés.
Test de fonctionnement avec motorisation au doigt !
https://www.youtube.com/watch?v=oNaZX0eeuuU
Puis remontage final
Image
Et on laisse tourner.
https://www.youtube.com/watch?v=U0uhZWaaEHM
Avatar de l’utilisateur
Bruno_D
Contaminé
Contaminé
 
Messages: 374

Re: Question pour les spécialistes de l'achevage?

Messagepar Bruno_D le 23 Mai 2018, 06:01

Salut Dominique,
Je relance car je viens de découvrir toute une section intitulée "la correction de l'échappement à ancre" dans le livre de Schultz "L'horloger à l'établi", (que je ne m'étais jamais résolu à lire en version allemande).
En as-tu connaissance ? Il s'agit moins d'une étude théorique que d'une approche empirique pour résoudre les problèmes de cet échappement.
BD
Avatar de l’utilisateur
Bruno_D
Contaminé
Contaminé
 
Messages: 374


Retourner vers Forum technique

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot], Bruno_D, Google Adsense [Bot] et 10 invités