Page 1 sur 1

Cracher dans la soupe

MessagePosté: 24 Oct 2015, 20:20
par cepheus1960
Je suis indépendant, donc je peux cracher dans la soupe. Ce sera tant pis pour moi, et peut être bien fait aussi.

Mais je connais un homme malheureux. Il a de l'éducation, il occupe un poste envié dans un grand groupe horloger. Il porte au poignet une belle montre d'une des marques de ce groupe. Le nouveau modèle, plus grand que l'ancien.
En fait, il préférait l'ancien. Mais on ne lui a pas laissé le choix. Il faut vendre.

Ne cherchez pas qui c'est, je tiens à lui éviter ce désagrément.

Re: Cracher dans la soupe

MessagePosté: 25 Oct 2015, 17:08
par Pamdam
bonjour

voila qui est triste.
ne pas pouvoir porter la montre que l'on souhaite porter...
et s'il vendait la nouvelle?...
c'est de l'ingérence.
une atteinte à la vie privée.
reste à lui souhaiter qu'il la paye moins chère; mais c'est révoltant quand même.
non mais ils se prennent pour qui?!
et s'il change de boite, je suppose qu'il devra porter le modèle phare de la marque correspondante.

Re: Cracher dans la soupe

MessagePosté: 25 Oct 2015, 19:22
par mjsrd32
Bonsoir,

Provocateur :
Il n'y pas motif à s'étonner, mettre au poignet le modèle de l'employeur dont il faut promouvoir la vente est une obligation de service. On la porte pendant les heures de travail comme le costume du vendeur ou la blouse du technicien. La liberté se reconnait à une montre hors d'âge et sans marque. Elle n'est visible que pendant les temps de loisirs et les vacances.

Philosophe :
De son éducation, il a appris à distinguer ce qui est beau de ce qui est "à la mode". Il a tenté de manager son équipe sur cet objectif : concevoir, réaliser et vendre du beau. Il découvre qu'on ne progresse pas en perfectionnant ce qui existe mais par les marginalités. Ce monsieur est un révolutionnaire qui s'ignore.

Merci Cepheus 1960 pour cette belle histoire (presque une fable) à laquelle il faut trouver une morale.