Horlogerie-Suisse     Photos de Montres     Marques     Théorie d'horlogerie     HorloMag     Emplois     Complications     Echappement 

  • Publicité

Travailler en Suisse (conseils)

Tout ce qui n'est pas de l'horlogerie

Modérateurs: magellan, M.A.S.O, fabala, hl9000

Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar DaggetMC le 25 Oct 2008, 10:01

Bonjour.
J'ai assisté à une conférence du Groupement Transfrontalier Européen le 18 octobre dernier, lors d'un forum de l'emploi. Cette conférence était très intéressante et donnait de nombreux conseils pour les personnes qui souhaitent travailler en Suisse. Comme vous êtes nombreux à vouloir le faire ces temps-ci, j'ai décidé de vous faire profiter de ce que j'ai appris à travers ce compte-rendu.
Vous trouverez ici différentes règles et conseils sur le comportement à adopter, les démarches à faire, les éléments à ne pas oublier, ect...

Le plus important :
1. Ne pas oublier que vous allez travailler dans un pays étranger (et non dans le département voisin). Le respect et la connaissance du pays et de ses habitants est essentielle. Pour vous sentir bien dans votre travail, une certaine adaptation à la culture locale est un plus. C'est comme quand des étrangers viennent chez nous et qu'ils ne font rien pour s'intégrer, ça n'est pas agréable pour nous.

2. La Suisse est une fédération de 26 cantons indépendants les uns des autres, appelés administrativement républiques. Si quelques lois et réglements sont fédéraux (les mêmes pour tous), la plupart sont spécifiques à chaque canton. Vous ne serez donc pas soumis aux mêmes droits et devoirs selon votre canton de destination. Renseignez-vous sur les spécificités.

3. Le plus important principe de fonctionnement en Suisse est le consensus (Un consensus est un accord général (tacite ou manifeste) parmi les membres d'un groupe, pouvant permettre de prendre une décision sans vote préalable. Bien que le consensus désigne un accord unanime (ou plutôt, l'absence d'opposition), l'usage récent en fait parfois l'opinion ou le sentiment d'une forte majorité. Le consensus comme méthodologie de prise de décision cherche à mettre l'accent sur la validité de l'opinion de chaque participant et se refuse à entériner un choix qui n'aurait pas au moins l'accord de tous.).
Ce principe ne se trouve pas seulement en politique, mais aussi dans le travail. De plus le respect de la hiérarchie est très présent.
C'est pourquoi il n'y a pas de grèves ! Quand il y a un problème, patron(s) et syndicat(s) se mettent autour d'une table pour en discuter.
C'est également pourquoi critiquer son chef/patron ou ses conditions de travail en public est très mal vu : si vous avez quelquechose à dire, vous voyez votre chef/patron en privé et vous en discutez !
Les français sont considérés comme des "grandes gueules" parce qu'ils ne respectent pas ce principe et rouspètent tout le temps.
De même, le salaire est une chose plus ou moins confidentielle, entre vous et votre patron. Evitez d'en parler à tort et à travers.

4. La Suisse n'est pas une société des loisirs comme en France. La vie des personnes tourne encore autour du travail. Le travail est très important et on attend de vous que vous soyez consciencieux, dévoué et investi dans votre travail. Si vous prenez un jour de congé pour partir plus tôt en w-e ou ce genre de chose, ça passera très mal.

Les conditions de travail fixées par la loi :
Il existe une loi fédérale qui fixe des conditions minimales, mais souvent les branches professionnelles négocient avec les syndicats des conventions collectives plus favorables aux employés. Il faudra vous informer s'il existe une telle convention dans votre branche et si votre entreprise y est affiliée.
loi fédérale :
- 45 à 50 h de travail par semaine.
- pas de salaire minimum fixé.
- 4 semaines de congés par an.
- retraite à 65 ans (64 / femmes jusqu'ici).
A noter que la loi n'est pas du tout protectionniste envers le salarié comme en France : vous pouvez aller travailler le matin et être licencié le soir. Il n'y a pas de sécurité de l'emploi ! En revanche, vous pourrez plus facilement obtenir un CDI.

Un frontalier ou un étranger qui travaille en Suisse doit être titulaire d'un permis de travail (frontalier G, résident B, C longue durée et L courte durée). La seule exception à cela est une personne qui travaille moins de 90 jrs dans l'année en Suisse. Dans ce cas, l'employeur fait une "annonce" au canton comme quoi il emploie telle personne pour tant de temps.

Salaire et coûts :
Le salaire sera négocié avec votre employeur lors de l'entretien, vous devez en avoir un à proposer. Vous ne devez pas prendre comme base votre salaire français, sinon vous allez pratiquer une sous-enchère salariale. Votre patron s'empressera d'accepter et vous vous serez dans la m... Il existe des calculateurs de salaire ou des indicateurs -http://www.lohnrechner.ch/index.F.html et -http://www.cpih.ch/fr/m6/Doc_a_tel/page_6_98_0_203.php pour le domaine qui nous occupe ici.

Contrairement à ce que tout le monde croie, la Suisse n'est pas un Eldorado. Vous gagnez plus qu'en France certes, mais il y a de nombreuses charges à déduire de votre salaire.
- Charges sociales 14 % du brut
- Assurance maladie (100 à 150 €) : vous n'êtes plus à la Sécu et devez payer directement votre assurance-maladie.
- Temps et coût du transport : vous n'habitez plus à 5 min de votre boulot, souvenez-vous en !
- Crèche et gardiennage des enfants : vous ne rentrez pas à midi chez vous et vous partez parfois tôt le matin !
Et il faut évidement tenir compte du taux de change, variable. Vous ne saurez pas ce que vous gagnez chaque mois avant de l'avoir sur votre compte, votre salaire va varier d'un mois à l'autre.
Assurez-vous donc avant de franchir le pas que ce sera vraiment favorable pour vous. Si c'est pour gagner 200 ou 300 € de plus, réfléchissez y à 2 fois. Travailler en Suisse reste contraignant sur un certain nombre de points (conditions de travail, de vie et charges).


Chercher du travail :
Si vous êtes toujours décidé à ce stade, :lollollol: je vous expliquerai comment procéder dans le prochain post.
@ +
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Publicité

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar privatony le 25 Oct 2008, 10:31

Un très grand MERCI à vous Marie-Claude!!!!

Puis-je me permettre de le sortir sur imprimante pour montrer votre post à notre directeur d'école d'horlogerie??

Je pense qu'il faut que les français soient vraiment conscient de tout ce que vous dites.

Merci encore.
tony.
Avatar de l’utilisateur
privatony
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
 
Messages: 747

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar webmaster le 25 Oct 2008, 11:09

Au cas où tu mets la suite dans ce message que je vais mettre en Post-it.
Merci Marie-Claude pour ce post très intéressant pour nos amis Français :10:
Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
 
Messages: 13127
Localisation: Genève

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar DaggetMC le 25 Oct 2008, 11:37

Voyons maintenant comment procéder pour trouver un travail et quelques conseils pour postuler.

Les emplois à pourvoir :
Il existe différents endroits et différentes façons de les trouver.

1. La presse écrite ou le site internet correspondant : Tribune de Genève, Le Temps, 24 heures, l'Express, l'Impartial, le Journal du Jura, le Quotidien Jurassien, ect...
2. Les sites internet de type portail emploi, dont le site HS http://www.horlogerie-suisse.com/jobs/ et le service emploi du GTE (accès soumis à cotisation) -http://www.frontalier.org/
3. les agences de placement, accessibles par internet pour la plupart et les cabinets de recrutement.
4. les candidatures spontanées auprès des entreprises, personnalisées de préférence.
5. le réseau (constitué de vos connaissances, amis, ect... mais ça c'est difficile avant d'avoir enménagé dans la région) : le forum ici même constitue déjà un réseau.


Les spécificités de la candidature en Suisse.

Dans l'ensemble, les éléments d'une candidature sont relativement semblables, à l'exception de quelques points précis. Vous connaissez certainement les règles de candidature françaises, passons.
Je rappelle que la Suisse est un pays étranger : cela sous-entend que même si on y parle français (en Suisse romande), les diplômes sont différents, et les expressions et le vocabulaire le sont parfois aussi. Ex : candidature se dit postulation.

1. le CV
- Coordonnées : les adapter au format international. Le téléphone commence par +33 (ex : +33.(0)3.62.55.20.36). Le pays doit être indiqué à côté de votre commune de résidence (ex : 58400 Nevers (France)). pensez à indiquer le pays pour toutes les villes citées dans votre CV.
- Dates : Les suisses aiment la précision, jusque dans les dates de votre expérience professionnelle. Indiquez les postes que vous avez occupés au mois près, voire au jour près (mieux).
- Expérience professionnelle : détaillez postes et tâches exercées dans votre entreprise. Indiquez son nom avec secteur d'activité, nombre de salariés, voir CA. Ca aidera le recruteur à cerner votre emploi s'il ne connaît pas les entreprises étrangères.
- Diplômes : l'employeur ne connaît pas forcément votre diplôme. C'est à vous de chercher l'équivalent suisse de celui-ci. Précisez-le. S'il n'y a pas d'équivalence, décrivez le niveau de votre formation et détaillez vos compétences. N'utilisez pas d'acronymes, écrivez en toutes lettres.
CFC (Certificat Fédéral de' Capacité) = CAP + BEP, voir Bac pro ; Bac = maturité...
- Langues et informatique : la Suisse est un pays où il existe 4 langues officielles (allemand, français, italien et romanche : se parle dans le canton des grisons et non en Romandie). Les langues sont donc importantes pour les recruteurs. Détaillez les langues que vous pratiquez et le niveau que vous avez (notions, lu, parlé, écrit, courant, bilingue). Ne trichez pas car à l'entretien, le recruteur peut vous parler dans l'autre langue pour vous tester (je le sais par expérience, je l'ai vécu sans avoir triché).
En informatique, détaillez vos compétences et les logiciels que vous utilisez. Ne soyez pas prétentieux, ça peut vous jouer des tours.
- Permis de conduire : il s'indique permis voiture, et non permis B qui est un permis de travail. Pour les autres permis, détaillez-les.

2. la lettre de motivation
L'élément à retenir est que les lettres sont généralement dactylographiées. Les lettres manuscrites sont peu appréciées et ne doivent être utilisées que si c'est précisé dans l'annonce. En gros, ils croient plus ou moins que vous êtes nul à l'ordi si vous écrivez à la main.
Sinon, les maîtres mots sont soin, personnalisation, ne pas répéter le CV.

3. le dossier complet
Il est parfois mentionné dans les annonces. Il comprend en plus du CV et de la lettre la copie de vos diplômes et attestations de stage, et celle de vos certificats de travail.
Le certificat de travail est particulier en Suisse. Il comprend non seulement les éléments usuels en France (entreprise, périodes, ect...), mais aussi le détail des tâches effectuées et surtout une appréciation sur le travail et le comportement de l'employé.
Vous pouvez aussi ajouter au dossier des lettres de recommandation de vos anciens employeurs ou leurs coordonnées afin que le recruteur puisse les joindre.


L'entretien d'embauche

Je vais ici me répéter sur certains points, mais ça ne sera pas plus mal.
Les premières notions que j'ai exprimées au début de ce post sont très importantes. C'est ici qu'elles prennent tout leur sens.
Lors de l'entretien, le fait que vous connaissiez le pays où vous allez travailler sera un plus. Les recruteurs peuvent vérifier votre intérêt pour le pays, la connaissance de son organisation, votre aptitude à vous adapter à sa culture.
Les lois du travail diffèrent de la France, mais également le management.
Ses principales règles sont :
- le respect de la hiérarchie
- le règlement des désaccords en privé
- et une notion absolument essentielle que j'ai oubliée de citer : la ponctualité. Les Suisses ne supportent pas le retard !

J'ai également évoqué le vocabulaire. Il est bien vu de faire un effort pour traduire ses propos en langage suisse, surtout le téléphone.
Quelques exemples :
soixante-dix = septante (70) ; quatre-vingt-dix = nonante (90) ; candidature = postulation ; intérim = mission temporaire ; secrétaire = employé de commerce
Ca demande un gros effort au début, puis on s'habitue à employer les termes helvétiques.
Moi-même, si je parle encore parfois de soixante-dix ou quatre-vingt-dix à des suisses, je me retrouve aussi à dire septante et nonante à des français.

Comme je l'ai également évoqué, il est impératif d'avoir une idée du salaire que vous allez demander. Le salaire est toujours négocié en brut. Pour l'ajuster en fonction des avantages sociaux proposés par l'entreprise, vous avez le droit de demander à votre employeur ce qu'il vous propose (aide au payement de la caisse-maladie par ex.).

Enfin, soignez votre tenue. C'est un élément qui reste important au yeux des recruteurs.


Les démarches officielles, la protection sociale, les impôts.

1. Permis de travail

Pour un frontalier, il s'agit du permis G. Il est attribué automatiquement pour un ressortissant de l'UE qui trouve un travail en Suisse, soit pour la durée du contrat, soit pour 5 ans (CDI).
Il existe aussi pour les personnes qui travaillent et résident en suisse les permis suivants : L s'il s'agit d'un CDD de moins d'un an, B s'il s'agit d'un CDI (renouvelable tous les 5 ans pour les européens, et tous les ans pour les autres). Au delà d'un certain nombre d'années de résidence en Suisse avec un permis B, vous pouvez obtenir un permis C permanent. C'est un permis de "ressortissant" qui vous donne des droits supplémentaires.
Pour obtenir ce permis, il faut remplir un formulaire, présenter une pièce d'identité et donner 2 photos. Ca coûte 65 CHF. L'employeur s'occupe du permis G. Pour les permis de résidents, l'employé doit participer aux démarches (ou le faire lui-même, je ne sais plus).

Il y a une exception pour les contrats inférieurs à 90 jours. Dans ce cas, l'employé n'a pas besoin de permis. Il est annoncé au service du travail du canton 8 jours avant sa venue par son employeur. Ce contrat n'est pas renouvelable avant l'année suivante. C'est utile pour les entreprises qui ont besoin de saisonniers par exemple.

2. Assurance-maladie

Le frontalier a 3 possibilités au choix pour s'assurer.
- la caisse-maladie suisse (appellée LAMAL, c'est le nom de la loi qui oblige les suisses à s'affilier à une caisse-maladie de leur choix). Très chère, et avec un système de franchises épouvantable, et une augmentation des tarifs annuelle importante. Un exemple : un adulte va payer l'an prochain au Jura pour être couvert en cas de maladie seulement (hors accident) au minimum 276 CHF pour une franchise de 300 CHF (minimale), et 156 CHF pour une franchise de 2500 CHF.
La franchise représente les frais que devra payer le patient avant d'être remboursé par sa caisse-maladie, toutes dépenses confondues. Par ex pour 300 CHF, ca représenterait chez nous 5 consultations chez le médecin à 22 € et 90 € de médicaments, que nous devrions payer de notre poche avant de pouvoir être remboursé. Soins possibles en Suisse et en France.

- la CMU (caisse maladie universelle) : elle fait partie de la Sécu. Son coût représente 8 à 13,5 % environ du revenu fiscal de référence. Les soins se font prioritairement en France, sauf en cas d'urgence et pour certains soins programmés après autorisation de la CPAM.

- l'assurance privée française : conclue auprès de caisses françaises, ses prestations et son coût varie suivant chaque cas.

Le salarié doit faire son choix sous 3 mois sinon il sera affilié à une caisse suisse. Le choix est définitif sauf en cas de changement de situation (chômage ou retraite).
A noter que les accords bilatéraux prévoyaient que les frontaliers seraient affiliés à la Lamal à partir de 2009, mais que cet ultimatum est reporté à 2014.

3. Chômage

Le chômage partiel est indemnisé par les organismes suisses, mais lorsque vous êtes au chômage total, vous êtes considéré comme de retour en France et indemnisé par l'Assedic.
Vous percevez 57,8 % de votre salaire brut.

Les démarches :
- en Suisse, votre employeur vous remplit un formulaire attestation employeur que vous remettez à une caisse de chômage cantonale ou syndicale, qui remplit un formulaire E 301.
- en France, vous vous inscrivez comme n'importe quel chômeur à l'Assedic, avant la fin du préavis de licenciement.

Attention à quelques points précis :
- De retour en France, vous repassez sous le régime de la sécurité sociale si vous êtes indemnisé par l'Assedic.
- Il faudra ensuite mettre votre situation à jour auprès d'une tripotée d'organismes (la caisse de la prévoyance professionnelle, l'assurance accident, l'assurance privée française ou la LAMal, la caisse primaire d'assurance maladie, la caisse d'allocations familiales de l'employeur, la caisse d'allocations familiales en France, le service cantonal de l'impôt à la source pour le Canton de Genève)

4. Retraite

Le système de retraite suisse est basé sur 3 piliers.
- le 1er est l'AVS (assurance vieillesse et survivants). C'est la rente de base. Elle est la même pour tous.
- le 2ème est appelé deuxième pilier ou prévoyance professionnelle (LPP). Il dépend du salaire de l'employé. C'est un pourcentage du salaire, versé à 50 % par l'employeur et à 50 % par l'employé. Cela va constituer un capital qui pourra être soit versé à la retraite, soit retiré pour l'achat d'une maison ou en cas de départ de l'UE.
- le 3ème pilier est un complément de retraite par capitalisation. C'est le salarié qui choisit d'en faire un ou non, souvent ça dépend de ses moyens financiers.

Si vous avez travaillé en France et en Suisse, les périodes de cotisations sont cumulées et vous percevrez votre retraite proportionnellement à ce que vous aurez cotisé.

5. Allocations familiales

Contrairement à la France, les allocations sont versées en Suisse dès le premier enfant. L'harmonisation des allocations familiales sur toute la Suisse impose un minimum mensuel de 200 francs par enfant et 250 francs pour les jeunes en formation dès 2009.
Pour quelqu'un qui travaille en suisse, c'est ce pays qui verse les alloc en priorité, sauf si son conjoint travaille en France.
Il est possible de percevoir une allocation différentielle de la Suisse si les alloc sont versées par la France, dans le cas où l'alloc suisse serait supérieure à la française (ce qui est le cas pour le premier enfant).
Il faut dans tous les cas en faire la demande auprès de son employeur.

6. Fiscalité

Le frontalier est imposé différement suivant le canton où il travaille.
- S'il est domicilié en France et y retourne chaque jour, il est imposé en France à l'exception du canton de Genève (imposé à la source).
- S'il est domicilié en France, habite en suisse et ne retourne chez lui qu'une fois par semaine, il est imposé en Suisse dans sa commune de résidence (à la source ?).

Pour éviter l'imposition à la source en Suisse pour le frontalier, il faut transmettre à son employeur une attestation fiscale de résidence en France.
Pour éviter la double imposition, la France accorde un crédit d'impôts aux personnes qui paient leur impôts en Suisse, mais elles doivent tout de même remplir une déclaration de revenus en France.


Je pense vous avoir tout dit. C'est du survolé donc pour plus de détails, allez voir ici : -http://www.frontalier.org/index.htm
Je peux vous transmettre une liste de sites intéressants pour un frontalier, par MP uniquement.

@ +
Dernière édition par DaggetMC le 29 Oct 2008, 19:28, édité 2 fois.
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar DaggetMC le 25 Oct 2008, 11:48

privatony a écrit:Un très grand MERCI à vous Marie-Claude!!!!
Puis-je me permettre de le sortir sur imprimante pour montrer votre post à notre directeur d'école d'horlogerie??
Je pense qu'il faut que les français soient vraiment conscient de tout ce que vous dites.
Merci encore.

Oui, si vous voulez.
C'est édifiant, n'est-ce-pas !
Ne croyez pas que je cherche à faire rester les français chez eux, mais c'est vrai qu'on s'imagine des tas de trucs, en particulier que c'est simple, et que des fois on tombe des nues.

webmaster a écrit:Au cas où tu mets la suite dans ce message que je vais mettre en Post-it.
Merci Marie-Claude pour ce post très intéressant pour nos amis Français :10:

Merci, Eric. Je comptais justement te le demander.
Ca sera sûrement très utile car je pense qu'on a pas fini de voir des questions sur ce sujet. J'ai moi-même appris pas mal de choses et je voulais en faire profiter tout le monde.
@ +
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar privatony le 25 Oct 2008, 12:02

DaggetMC a écrit:Oui, si vous voulez.
C'est édifiant, n'est-ce-pas !
Ne croyez pas que je cherche à faire rester les français chez eux, mais c'est vrai qu'on s'imagine des tas de trucs, en particulier que c'est simple, et que des fois on tombe des nues.



Pas de problème!! je vous comprend tout à fait!! je suis pour un système d'emplois comme en Suisse ou UK pour la France.........



Merci en tout cas!!
tony.
Avatar de l’utilisateur
privatony
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
 
Messages: 747

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar Bochene le 25 Oct 2008, 16:42

Un très grand :bravo: a toi Marie Claude.

J'ai appris des petits détails que j'ignorais sur les emplois en Suisse.

Et comme tu le dit plus haut, tu peut travaillé une semaine comme plusieurs années, ça tu ne le sais jamais trop ( expérience d'amis qui bosse en Suisse ).
Donc pour des frontaliers pas trop de souci mais pour les gens qui vienne de plus loin ça peut vite devenir galère.

Je te pose une question, sait tu si tu as droit au assedic après un travail en Suisse, car on ma parlé d'un dossier a remplir, mais j'ai un doute, vu que tu ne cotise pas en France.

Une petite :holla: pour tout le travail effectué.

:merci:
Souviens-toi d'oser toujours.
Avatar de l’utilisateur
Bochene
VIP
VIP
 
Messages: 3255
Localisation: Mulhouse 68

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar DaggetMC le 25 Oct 2008, 17:44

Bochene a écrit:Je te pose une question, sait tu si tu as droit au assedic après un travail en Suisse, car on ma parlé d'un dossier a remplir, mais j'ai un doute, vu que tu ne cotise pas en France.

Merci Bochene.
Oui, tu as droit aux assedics. Le chômage partiel est indemnisé par les organismes suisses, mais lorsque tu es au chômage total, tu es considéré comme de retour dans ton pays et indemnisé par l'Assedic.
Je crois qu'il y a un système de rétrocession des cotisations sociales/impôts qui permet d'équilibrer tout ça.

Les démarches :
- en Suisse, ton employeur te remplit un formulaire attestation employeur que tu remets à une caisse de chômage locale, qui remplit un formulaire E 301.
- en France, tu t'inscris comme n'importe quel chômeur à l'assedic.

Attention à quelques points précis :
- De retour en France, tu repasses sous le régime de la sécurité sociale si tu es indemnisé par l'assedic.
-Il faudra ensuite mettre ta situation à jour auprès d'une tripotée d'organismes (la caisse de la prévoyance professionnelle, l'assurance accident, l'assurance privée française ou la LAMal, la caisse primaire d'assurance maladie, la caisse d'allocations familiales de l'employeur, la caisse d'allocations familiales en France, le service cantonal de l'impôt à la source pour le Canton de Genève)


:!: Indemnisé, tu touches 57,8 % de ton dernier salaire brut (comme les autres français je crois), donc ça fait une sacré descente au niveau du pouvoir d'achat. Attention aux crédits et chose dans le genre. Il n'est pas très recommandé pour quelqu'un qui bosse en Suisse de mener grand train, on ne sait jamais. D'ailleurs y'en a sûrement qui vont s'en rendre compte ces temps-ci : il va y avoir des maisons à vendre !
@ +
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar Bochene le 25 Oct 2008, 17:52

Merci bien pour ces infos, car j'ai souvent entendu un peu de tout donc au moins maintenant je sait.
Souviens-toi d'oser toujours.
Avatar de l’utilisateur
Bochene
VIP
VIP
 
Messages: 3255
Localisation: Mulhouse 68

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar Serguei le 26 Oct 2008, 14:06

Bonjour,

:D Brillant compte rendu, je dois l'admettre ! je pense que cela sera fortement utile à certains.

Je me permettrai cependant quelques remarques ou réctification:

DaggetMC a écrit:2. La Suisse est une fédération de 26 cantons indépendants les uns des autres, appelés administrativement républiques. [...]


En fait on ne parle pas forcément de "répubique" pour désigner les cantons. On peut voir, par exemple "République et Canton de Genève" parfois. Mais il serait très mal venu de parler de République pour parler du Canton de Vaud par exemple. On parle d'Etats indépendants formant la Confédération Hélvétique.

DaggetMC a écrit:Bonjour.
4. La Suisse n'est pas une société des loisirs comme en France. La vie des personnes tourne encore autour du travail. Le travail est très important et on attend de vous que vous soyez consciencieux, dévoué et investi dans votre travail. Si vous prenez un jour de congé pour partir plus tôt en w-e ou ce genre de chose, ça passera très mal.


C'est un peu caricatural, je pense même vieillot comme concept. Même si en Suisse, le travail est une chose importante dans la vie des gens (en Suisse, prendre du plaisir et aimer son travail est courant) mais pour beaucoup, il s'agit quand même d'une corvée.
Et cela dépendra beaucoup de l'entreprise dans laquelle on travaille. Pour ma part, si je veux prendre un jour de vacances, il suffit juste que je prévienne et cela ne pose pas de problème. Evitons donc de généraliser.

DaggetMC a écrit:Les conditions de travail fixées par la loi :
[...]vous pouvez aller travailler le matin et être licencié le soir. Il n'y a pas de sécurité de l'emploi ! En revanche, vous pourrez plus facilement obtenir un CDI.

Encore une fois, cela doit dater comme information !?! La loi prévoit, hors période d'essai, un mois minimum de préavis avant un licenciement (sauf faute grave par ex). Cenpendant aucun motif n'est forcément exigé pour justifier un licenciement.
Le CDI est la norme. On trouve très peu de CDD.
En revanche, le temps partiel est assez courrant.

DaggetMC a écrit:Un frontalier ou un étranger qui travaille en Suisse doit être titulaire d'un permis de travail (frontalier G, résident B, C longue durée et L courte durée). La seule exception à cela est une personne qui travaille moins de 90 jrs dans l'année en Suisse. Dans ce cas, l'employeur fait une "annonce" au canton comme quoi il emploie telle personne pour tant de temps.

Avec les récents accords bilatéraux sur la libre circulation des personnes (pleine application depuis juillet 2007), les ressortissants des pays membres UE/AELE peuvent d'abord trouver un travail et une fois ceci fait, l'obtention du permis G/B/L est quasi automatique. En fait, le permis et la condition de frontalier est vouée à disparaitre. La procédure est donc grandement simplifée.


DaggetMC a écrit:- Charges sociales 14 % du brut
- Assurance maladie (100 à 150 €) : vous n'êtes plus à la Sécu et devez payer directement votre assurance-maladie.

Les charges sociales ne sont pas forcément de 14%, cela dépends de la caisse de pension. De plus les travailleurs étrangers (permis L/B/G) ont l'impôt prélevé à la source, donc la différence brut/net peut-être assez variable en fonction du Canton de domicile et/ou de travail.
Pour l'assurance maladie, c'est le point qui fait assez mal en général. 100€ c'est avec une franchise de 2500CHF (environ 1600€). Cela dépendra aussi énormément du Canton de domicile. Le système de Santé coûte très cher en Suisse. (Et est très mal foutu, mais cela n'engage que moi :roll: )

:lol: Sinon, dans le langage Suisse on utilise aussi huitante pour quatre-vingt, y a pas que septante et nonante (n'en déplaise aux Genevois :lol: )
Zut, mon clavier s'est blo
Avatar de l’utilisateur
Serguei
Débutant
Débutant
 
Messages: 14
Localisation: Nuuk (Groenland)

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar webmaster le 27 Oct 2008, 17:01

Un site que je recommande http://www.cpih.ch/
Beaucoup d'info, comme les salaires minimum d'embauche sous "politique patronale" et les salaires des apprentis pour ceux qu'ils veulent faire une formation duale
Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
 
Messages: 13127
Localisation: Genève

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar DaggetMC le 29 Oct 2008, 17:22

Serguei a écrit:Bonjour,

:D Brillant compte rendu, je dois l'admettre ! je pense que cela sera fortement utile à certains.

Je me permettrai cependant quelques remarques ou réctification:

DaggetMC a écrit:2. La Suisse est une fédération de 26 cantons indépendants les uns des autres, appelés administrativement républiques. [...]

En fait on ne parle pas forcément de "république" pour désigner les cantons. On peut voir, par exemple "République et Canton de Genève" parfois. Mais il serait très mal venu de parler de République pour parler du Canton de Vaud par exemple. On parle d'Etats indépendants formant la Confédération Hélvétique.

Pas dans le langage courant effectivement. C'est pourquoi j'ai spécifié "administrativement". Est-ce que les entêtes de papiers administratifs du canton de Vaud ne sont pas aussi indiqués république et canton de Vaud ? Vous savez les papiers des impôts, de l'office des véhicules, ect... Si non, excusez-moi. Je me base sur ce qui se pratique dans mon canton, soit la république et canton du Jura. Ils ont eu assez de mal à l'avoir, donc je suppose qu'ils y tiennent.

Serguei a écrit:
DaggetMC a écrit:4. La Suisse n'est pas une société des loisirs comme en France. La vie des personnes tourne encore autour du travail. Le travail est très important et on attend de vous que vous soyez consciencieux, dévoué et investi dans votre travail. Si vous prenez un jour de congé pour partir plus tôt en w-e ou ce genre de chose, ça passera très mal.

C'est un peu caricatural, je pense même vieillot comme concept. Même si en Suisse, le travail est une chose importante dans la vie des gens (en Suisse, prendre du plaisir et aimer son travail est courant) mais pour beaucoup, il s'agit quand même d'une corvée.
Et cela dépendra beaucoup de l'entreprise dans laquelle on travaille. Pour ma part, si je veux prendre un jour de vacances, il suffit juste que je prévienne et cela ne pose pas de problème. Evitons donc de généraliser.

En France, c'est 35 h de travail par semaine la "norme". C'est pourquoi je considère que la société française est une société de loisirs par rapport à la Suisse.
En effet, ça dépend des entreprises. Alors je vais formuler autrement. S'il y a trop de boulot et que vous prenez subitement un jour de vacances, cela peut être mal vu. De même si on vous demande de venir travailler le samedi ou de faire des heures sup et que vous refusez, vous pouvez vous retrouvez dans la liste des "à licencier à la prochaine crise". Et ne dites pas non, je ai eu vent de source sûre (interne) que ça se pratique. D'autre part, n'oubliez pas une chose : c'est qu'un frontalier est beaucoup plus facilement remplaçable, donc il faut moins de points négatifs à un frontalier pour être viré qu'à un Suisse.

Serguei a écrit:
DaggetMC a écrit:Les conditions de travail fixées par la loi :
[...]vous pouvez aller travailler le matin et être licencié le soir. Il n'y a pas de sécurité de l'emploi ! En revanche, vous pourrez plus facilement obtenir un CDI.

Encore une fois, cela doit dater comme information !?! La loi prévoit, hors période d'essai, un mois minimum de préavis avant un licenciement (sauf faute grave par ex). Cependant aucun motif n'est forcément exigé pour justifier un licenciement.
Le CDI est la norme. On trouve très peu de CDD.
En revanche, le temps partiel est assez courant.

Là encore, j'en ai un exemple récent. Une personne qui a été malade pendant plusieurs semaines est retournée à son travail et s'est vu signifier qu'elle terminait le soir. Vous me direz que le patron a le droit du fait de sa maladie prolongée. Sauf qu'en France, il me semble que le préavis doit être respecté après son retour. Ou bien elle doit être prévenue avant.
Posez la question, je suis sûre qu'il y a pas mal d'exemples de frontaliers virés du jour au lendemain. Encore une fois, les frontaliers sont plus facilement "liquidables" que les Suisses.


Serguei a écrit:
DaggetMC a écrit:- Charges sociales 14 % du brut
- Assurance maladie (100 à 150 €) : vous n'êtes plus à la Sécu et devez payer directement votre assurance-maladie.

Les charges sociales ne sont pas forcément de 14%, cela dépends de la caisse de pension. De plus les travailleurs étrangers (permis L/B/G) ont l'impôt prélevé à la source, donc la différence brut/net peut-être assez variable en fonction du Canton de domicile et/ou de travail.

Bon, vous êtes gentil, mais c'est une indication pour savoir à peu près combien on doit décompter de charges sociales. Quelqu'un a posé la question à propos des impôts pour savoir le pourcentage à déduire. L'intervenante (qui n'est pas moi !) lui a répondu que c'était impossible de le savoir car ça varie pour chaque commune. De plus, les permis G n'ont pas forcément l'impôt prélevé à la source, ça dépend des cantons. Apparement c'est seulement à Genève que c'est obligatoirement ainsi. Dans les autres cantons tels Neuchâtel et le Jura, un frontalier ne paie ses impôts à la source que s'il réside sur place 6 jours sur 7.
Serguei a écrit:Pour l'assurance maladie, c'est le point qui fait assez mal en général. 100€ c'est avec une franchise de 2500CHF (environ 1600€). Cela dépendra aussi énormément du Canton de domicile. Le système de Santé coûte très cher en Suisse. (Et est très mal foutu, mais cela n'engage que moi :roll: )

Quand à ce point en particulier, les frontaliers ne sont pas obligés de prendre leur assurance en Suisse, ce qui explique ces tarifs. Je vais détailler la suite dans un autre post car la majorité des points que vous rectifiez n'a pas été abordée en détail.

Serguei a écrit: :lol: Sinon, dans le langage Suisse on utilise aussi huitante pour quatre-vingt, y a pas que septante et nonante (n'en déplaise aux Genevois :lol: )

Dans le canton de Vaud principalement, si je ne me trompe pas... Ca ne se pratique en tout cas pas à Genève, à Neuchâtel, à Berne et au Jura. Si vous employez huitante dans ces cantons, vous vous ferez prendre... pour un vaudois ! :P
@ +
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar privatony le 29 Oct 2008, 18:19

DaggetMC a écrit:
En France, c'est 35 h de travail par semaine la "norme". C'est pourquoi je considère que la société française est une société de loisirs par rapport à la Suisse.

Là encore, j'en ai un exemple récent. Une personne qui a été malade pendant plusieurs semaines est retournée à son travail et s'est vu signifier qu'elle terminait le soir. Vous me direz que le patron a le droit du fait de sa maladie prolongée. Sauf qu'en France, il me semble que le préavis doit être respecté après son retour. Ou bien elle doit être prévenue avant.





Merci merci!! Enfin une personne censé qui parle!! ce serai bien de venir le dire tout fort chez nous...

alors pour les 35h... je suis tout à fait d'accord avec vous, c'est pourquoi je veux aller travailler en Suisse. Les 35H ont été la pire chose qui a été faite.... c'est juste bien pour les fonctionnaires...

et pour les arrêts maladie a répétition... la encore, j'applaudi la suisse. En France, il y a énormément d'abus, genre les personnes (souvent fonctionnaire) qui cumulent des arrêts maladie... 6mois par ci, 9mois par la... merci le statut de fonctionnaire et surtout merci aux docteurs qui cautionnent....

Quel beau pays la Suisse... enfin un vrai pays fait pour des gens qui veulent vraiment travailler... et qui ne sont pas dans la rue à manifester pour se plaindre...
tony.
Avatar de l’utilisateur
privatony
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
Bon, ben voilà, je suis horlodépendant
 
Messages: 747

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar vincent.t le 09 Nov 2008, 19:54

privatony a écrit:
DaggetMC a écrit:
En France, c'est 35 h de travail par semaine la "norme". C'est pourquoi je considère que la société française est une société de loisirs par rapport à la Suisse.

Là encore, j'en ai un exemple récent. Une personne qui a été malade pendant plusieurs semaines est retournée à son travail et s'est vu signifier qu'elle terminait le soir. Vous me direz que le patron a le droit du fait de sa maladie prolongée. Sauf qu'en France, il me semble que le préavis doit être respecté après son retour. Ou bien elle doit être prévenue avant.





Merci merci!! Enfin une personne censé qui parle!! ce serai bien de venir le dire tout fort chez nous...

alors pour les 35h... je suis tout à fait d'accord avec vous, c'est pourquoi je veux aller travailler en Suisse. Les 35H ont été la pire chose qui a été faite.... c'est juste bien pour les fonctionnaires...

et pour les arrêts maladie a répétition... la encore, j'applaudi la suisse. En France, il y a énormément d'abus, genre les personnes (souvent fonctionnaire) qui cumulent des arrêts maladie... 6mois par ci, 9mois par la... merci le statut de fonctionnaire et surtout merci aux docteurs qui cautionnent....

Quel beau pays la Suisse... enfin un vrai pays fait pour des gens qui veulent vraiment travailler... et qui ne sont pas dans la rue à manifester pour se plaindre...




Attention il n'y pas que les abus que les entreprises suisse punissent, Une personne ayant un accident et se fesant arreter pour un bras casser ou autre, générant un arrêt prolongé ce verra tout autant éjectée de l'entreprise malheureusement. Ils y en a qui abusent certes, mais pas que du coter des travailleurs :/ .



DaggetMC a écrit:
Serguei a écrit:
DaggetMC a écrit:Les conditions de travail fixées par la loi :
[...]vous pouvez aller travailler le matin et être licencié le soir. Il n'y a pas de sécurité de l'emploi ! En revanche, vous pourrez plus facilement obtenir un CDI.

Encore une fois, cela doit dater comme information !?! La loi prévoit, hors période d'essai, un mois minimum de préavis avant un licenciement (sauf faute grave par ex). Cependant aucun motif n'est forcément exigé pour justifier un licenciement.
Le CDI est la norme. On trouve très peu de CDD.
En revanche, le temps partiel est assez courant.

Là encore, j'en ai un exemple récent. Une personne qui a été malade pendant plusieurs semaines est retournée à son travail et s'est vu signifier qu'elle terminait le soir. Vous me direz que le patron a le droit du fait de sa maladie prolongée. Sauf qu'en France, il me semble que le préavis doit être respecté après son retour. Ou bien elle doit être prévenue avant.
Posez la question, je suis sûre qu'il y a pas mal d'exemples de frontaliers virés du jour au lendemain. Encore une fois, les frontaliers sont plus facilement "liquidables" que les Suisses.




Alors effectivement la loi Suisse dit qu'il y a un mois de préavis lors d'un licenciement, mais en suisse ils ne s'embêtent pas, ils vous signalent le matin que vous ne travaillez plus dans l'entreprise à partir du soir même et le mois de préavis ils vous le paie. Et si vous avez la bonne idée de vous rebeller pour faire valoir vos droits vous pouvez toujours essayer mais le problème, c'est que vous devez souvent faire face à de grosses entreprises, et quand bien même vous réussiriez à avoir le dernier mot (ce que je doute), vous seriez grillé dans votre profession et notamment dans le monde de l'horlogerie où le bouche à oreille...., enfin vous connaissez la suite......
Avatar de l’utilisateur
vincent.t
Débutant
Débutant
 
Messages: 23
Localisation: Alsace pour l'instant (67-Saverne)

Re: Travailler en Suisse (conseils)

Messagepar DaggetMC le 10 Nov 2008, 00:04

privatony a écrit:et pour les arrêts maladie a répétition... la encore, j'applaudi la suisse. En France, il y a énormément d'abus, genre les personnes (souvent fonctionnaire) qui cumulent des arrêts maladie... 6mois par ci, 9mois par la... merci le statut de fonctionnaire et surtout merci aux docteurs qui cautionnent....

J'espère une chose, c'est que vous ne serez jamais dans ce cas. Parce que vous réagissez assez violemment contre les gens malades (qui d'après vous ne le sont jamais vraiment). Mais ça peut arriver à tout le monde, n'oubliez pas ça.
@ +
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Suivante

Retourner vers Hors Sujet

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité