Horlogerie-Suisse     Photos de Montres     Marques     Théorie d'horlogerie     HorloMag     Emplois     Complications     Echappement 

  • Publicité

L'épée, un peu d'histoire

Les incontournables des post horlogers, les messages sur l'horlogerie à ne pas perdre

Modérateurs: magellan, M.A.S.O, fabala, hl9000

L'épée, un peu d'histoire

Messagepar ChP le 25 Nov 2008, 19:55

Modeste Rubrique pour une Ancienne GRANDE Manufacture Française,


« L’Horlogerie touche à l’art le plus délicat en même temps qu’à la science la plus profonde »
Jean BERNOULLI - milieu du XVIII


Image


Ancienne Manufacture Française de Pendules d’Officier, (pendules de voyage), Anglaise après 1999.
Et dans le Groupe de SWIZA actuellement… (HECE International distributeur)
un retour normal aux sources, si je puis dire… et « un cocorico » Suisse

La Mignonnette, toutes les versions sont sans réveil, livrées dans un écrin bois et daim noir.
Image

Des pendules qui pourraient être qualifiées de « pré-pendules de voyages » Capucines ou Foncines selon leur apparence ou leur usage.
Image



Les Lanternes du milieu du XVIIème, munies d'un mouvement à fusées de deux corps de rouage en laiton.

Image

C’est grâce à l’invention du balancier à ressort spiral [b]dès 1658 par le Hollandais Christian HUYGENS et aux travaux de l’Anglais Robert HOOKE que l’on put résoudre le problème du transport des pendules.

Montres de carrosse

Image Lenoir et Le RoyImage


Une des premières pendules de voyage naquit à Paris des mains d’Abraham Louis BREGUET (1747-1823). D’autres horlogers assurèrent le relais Bolviller, Cambell, Drocourt, Paul Garnier, Henri Jacot, Lepaute, Pinchon, Le Roy et bien d'autres

Pendule Lépine
Image



La dénomination « Pendule d’Officier » se rattache à l’histoire.

On raconte que Napoléon, ayant failli perdre une bataille par suite du retard de l’un de ses officiers supérieurs, exigea qu’ils emportassent partout avec eux une pendule de voyage qui finit par s’appeler Pendule d’officier.

La Doucine, réveilImage


La plus grande partie des pendules qui sortaient des ateliers Parisiens, étaient loin d’être fabriquées entièrement dans la capitale.
Les mouvements souvent anonymes provenaient dans leur grande majorité du Pays de Montbéliard. Japy entre autres.

(Frédéric JAPY né en 1777).

Image

Pendules de voyage : la première est une “JAPY frères” 1855
Image


La Vénitienne, 5 versions
réveil, sonnerie heures et demies, Calendrier et phases de lune, répétition manuelle de la sonnerie, boîte à musique en guise de réveil
Image


Parmi ces nombreuses manufactures :l'Épée


L'Épée, Manufacture installée à Sainte Suzanne en 1839, Pays de Montbéliard (Doubs),
fût créée par Auguste L'Épée, venu du Pays de Neuchâtel (Suisse) avec sa famille.
Image

La Corniche, 3 versions
réveil, sonnerie heures et demies, répétition manuelle de la sonnerie,
Image


L'Épée s’associe à Pierre-henry PAUR, fabricant Suisse de boîtes à musique et installé à Sainte Suzanne depuis 6 ans.

L’Épée rachète les parts de son associé et réunit sur le site l’ensemble des fonctions nécessaires à la production des boîtes à musique : arbre, engrenage, clavier, menuiserie. Pendules et porte échappements - le cœur de la pendule - sont également fabriqués dans les ateliers. La manufacture acquiert rapidement une réputation de qualité et de haute technicité. En 1850, l’établissement compte trente ouvriers, dont six horlogers.

La Médicis, réveil
Image


Contrairement aux fabricants suisses, Auguste L’Épée ne se contente pas de fabriquer les claviers des boîtes à musique, il intègre également la production des autres composants : tabatières, cartels, montres, jouets entre autres :la manivelle (une boîte à musique pour enfant)…et évite ainsi de faire appel à la sous-traitance.

Jouet musical : La Manivelle Image


La fabrication de boîtes à musique se fonde en effet sur la coordination de plusieurs métiers : l’ébénisterie, l’ajustage - pour la fabrication et la mise en place des organes, l’horlogerie - pour la minutie des rouages, la mécanique pour l’invention d’outils spéciaux, la musique pour l’arrangement des airs, l’accordage des claviers et la notation des points sur les cylindres.


L’Épée commence par réaliser des boîtes à musique dites de seconde génération, avec cylindre et manivelle.


Image
Cartel 1840
Dimensions : 530*180*140 Répertoire : 8 titres - Long. cylindre : 325 mm - Nb de lames : 85
En palissandre avec décor central d'incrustation de cuivre, d'émaux et de nacre aux attributs de musique (dans son étui de voyage en cuir). Commandes sur le côté, remontage par manivelle.

Inventeur infatigable, Auguste L’Épée crée des claviers à plusieurs octaves, ajoute des accompagnements de tambours et de castagnettes, remplace la manivelle par un système de ressort qui donne le mouvement au cylindre. Puis, il introduit des cartels à plusieurs cylindres, capables de jouer plusieurs airs.

Cartel à percussions 1880
Image
Dimensions : 670*350*245 Répertoire : 12 titres - Long. cylindre : 380 mm - Nb de lames : 6 / 68 / 6 / 5


Coffret décoré d'une marqueterie d'oiseau et libellule sur fond floral. Modèle à tambour à six baguettes, 6 timbres frappés par des abeilles, 5 castagnettes. Un Zither* et un indicateur d'air complètent cet ensemble de percussions.

*Zither : petit volet muni d’un papier de soie pouvant s’appliquer sur les lames afin d’en modifier le timbre et de donner l’illusion d’un instrument à cordes pincées.

En 1859, avec 150 ouvriers, L’Épée produit 24 000 musiques mécaniques. C’est le début du travail à domicile pour une main d’œuvre essentiellement féminine. Une forme d’activité qui perdurera jusqu’en 1975.

Boîte à musique dite Tabatière
Image

Des airs populaires australiens, turcs, chinois, cubains, font leur apparition. Avec 56 horlogers pour 500 habitants, L’Épée est à l’origine du développement de Sainte-Suzanne.

En 1861, l’entreprise se dote de nouveaux locaux, sur le canal des Neufs-Moulins, et s’équipe d’une machine à vapeur. Les commandes affluent du monde entier. Un tiers des musiques partent vers le monde anglo-saxon, un tiers vers l’Allemagne et la Russie, le reste vers la France et les autres pays.


(lors d'une vente aux enchères de 2005) textes parlant de boîtes à Musique L'épée

Bonne boîte à musique à 8 airs, sans doute de l'Epée Boîte vernie noire de 52 cm, décorée de filets et incrustations en laiton. Intérieur rouge. Carte des airs. Remontage par levier. Cyl. 30 cm. Bon état, belle musicalité, mais à nettoyer. Vers 1870. L'Epée, près de Montbéliard, a souvent utilisé des cartes comme celle-ci, portant l'indication "Musique de Genève".

Boîte à musique à 6 airs, avec tambour et 3 timbres Sans doute de l'Epée. Boîte décorée de filets et marqueterie de fleurs. 42x26, haut. 20 cm. Remontage par levier. Cyl. nickelé 15 cm. Indicateur d'airs, zither. Bon état général, mais révision souhaitable. Fin XIXe s.


Vous trouverez un peu plus loin dans cette rubrique et en cliquant sur les vignettes...
Un SCAN “Extrait de la Revue Chronométrique de 1862”, cet article est élogieux…et mérite d'être lu jusqu'au bout même si la qualité du document est altérée…


La Marquise, réveil
Image

Depuis la fondation de l'usine, un atelier confectionnait diverses pièces d'horlogerie.

En 1850, Auguste l'Épée lance son fameux porte-échappement de renommée mondiale (2 000 douzaines par année en 1877).

ImageTOURBILLONSImage

Suivent montres réveils, montres de poches, phonographes (1896), baromètres,

La Gorge, avec Calendrier et Phases de Lune, sinon 4 versions,

réveil, sonnerie heures et demies, Calendrier et phases de lune, répétition manuelle de la sonnerie
Image

Image
Les modèles GORGE et VENITIENNE ont été également fabriqués avec le TOURBILLON

En 1869, de nouveaux locaux sortent de terre. Le nombre d’horlogers a doublé en huit ans. Mais la guerre de 1870 interrompt la production. L’usine est pillée par les forces d’occupation en 1871. Pourtant, les enfants L’Épée reprennent le flambeau en 1873 et l’entreprise retrouve le chemin de la réussite.
Cinq ans plus tard, 1882, 350 salariés travaillent sur le site, sans compter les producteurs à domicile : 2 000 cartels et 40 000 petites musiques sortent des ateliers.

Montre de gousset réveil à musique
Image
Fabrication française l'Epée (Sainte-Suzanne, Doubs). Fin du XIXe siècle. Diam. 64 mm
musée de la montre Droz-Florès, à 25130 Villers-le-Lac (France).

Fin de la 1ère partie, la suite ci-dessous
Dernière édition par ChP le 25 Nov 2008, 20:18, édité 1 fois.
" Fondu de montres "
Avatar de l’utilisateur
ChP
Documentaliste horloger
 
Messages: 2172
Localisation: Franche-Comté

Publicité

Re: L'épée, un peu d'histoire 2ème partie

Messagepar ChP le 25 Nov 2008, 19:58

Vers 1889, l’activité horlogère est développée.
Parallèlement, la production de phonographes constitue un nouveau débouché, florissant jusqu’en 1914. Au sortir de la Grande Guerre, l’horlogerie domestique - pendules et pendulettes - et l’horlogerie technique - interrupteurs horaires, compteurs de taxi, enregistreurs météo, altimètres… - permettent à L’Épée de retrouver la voie de la croissance.

La Deuxième Guerre mondiale est synonyme de chaos. En 1950, de nouveaux ateliers sont construits. Le nombre d’ouvriers, 140 en 1955, croît jusqu’en 1970, L’Épée comptant jusqu’à 600 ouvriers. C’est le temps du travail à la chaîne et de la sous-traitance pour Peugeot, Siemens, AEG ou les PTT.

L’Ovale, réveil
Image[/url]

L’Épée fût récompensée par de nombreuses médailles d’or aux expositions universelles : Paris en 1878 et 1889, Vienne en 1892, Paris à nouveau en 1900 et Hanoï en Indochine en 1902.

En 1975, la Société L'ÉPÉE, reprise par MANUHRIN, commence à produire sa superbe collection de merveilleuses pendulettes de voyage et de régulateurs de Paris prisés dans le monde entier. Elle rachète
Maxant : appareils de mesure et d'enregistrement de l'environnement. Domaines de la pression, de la température et de l'hygrométrie principalement Jaccart et Hour-Lavigne (fabrication de la célèbre pendule "Astronomia").
Hour LavigneImage

L’Épée fera appel à de prestigieuses Maisons Françaises telles que HERMÈS pour les écrins et les cristalleries de BACCARAT (Vosges)pour les verres taillés.
BACCARAT
Image

et les écrins HermèsImage

Les pendules d’officier de L’Epée pèsent de 960 gr pour la plus petites à 1.700 kg pour la plus grosse.

Matériaux utilisés
Métaux précieux (argent et laiton massif, or 18 carats avec masque guilloché main), pierres semi-précieuses (Jaspe rouge, Malachite, Sodalite, Obsidienne).
Cette manufacture fabriqua également des régulateurs de Paris (en laiton poli à la main, marbre, 4 glaces biseautées, balancier compensé au mercure, échappement Brocot)

Le JONC en laiton poli, Balancier Mercure

Image


Image

L’Anglaise, réveil


Bien que numéro 1 mondial de la pendulette de luxe, en 1984, L’Épée lutte pour sa survie. Ni l’introduction du quartz, ni la fabrication de composants pour Bull, ni l’activité d’usinage pour d’autres entreprises, ne suffiront à maintenir durablement l’activité. Les dernières restructurations des années 1990 aboutissent au redressement judiciaire et à la liquidation de l’entreprise.
Une tentative de reprise par des salariés, sous forme de Société coopérative de production (SCOP), en 1997, n’aboutira pas.

En 1999, un horloger anglais rachète la marque. Aujourd’hui, les pendules L’Épée, fabriquées en Angleterre, continuent d’être vendues dans le monde entier. Mais toute activité industrielle a abandonné le site franc-comtois, définitivement. Rachetés par un promoteur privé, les bâtiments ont fait l’objet d’une réhabilitation à finalité résidentielle.


En 1994, la "Géante", pendule unique au monde avec ses 2,20 m de haut et son poids de 1,2 tonne, met en relief de façon spectaculaire les productions l'ÉPÉE. Elle est dévoilée en mars dans la salle Gabriel du Carrousel du Louvre en présence du Ministre du Commerce et de l'Industrie Gérard Longuet et du "Tout-Paris". Elle est la vedette de la foire de Bâle en avril avant une tournée en France, puis exposée chez Asprey, l'un des plus grands bijoutiers du monde installé dans la 5ème Avenue de New-York, et enfin au salon de l'horlogerie à Paris. Une opération de séduction pour essayer de montrer le "savoir-faire" de l'entreprise locale et essayer de s'implanter sur l'un des marchés les plus difficiles du globe.

Image

Image

Ce fut également des Image

Image

Image

Voir le lien sur la vente de la pendule géante
http://www.lalsace.presse.fr/jdj/99/10/ ... cle_2.html

Quelques superbes exemplaires produits par L’Épée sont exposés au Musée de MONTBÉLIARD (Doubs), ou le Musée Frédéric JAPY à BEAUCOURT (Doubs), témoignages des capacités artistiques et techniques de l’époque pour lesquelles on peut avoir un profond RESPECT

Article élogieux de la Revue Chronométrique de 1862,
cliquez sur les vignettes

1Image et 2Image

En effet après une cessation d’activité en 1996, la marque a été rachetée par un fabricant Anglais
Voir le lien http://www.lepee.com

puis ces dernières années
Swiza qui a les rênes du groupe http://www.swiza.com/
Et HECE International http://www.hece-international.com/


Image

Nota concernant les pendules
Les premières horloges mécaniques fonctionnaient avec des poids, ce qui les rendaient intransportables (voyages). Par la suite avec l'arrivée du ressort l'on pu envisager le transport.
les écrits dont on dispose permettent de supposer que les toutes premières horloges à ressort furent fabriquées en Italie à la fin du XIV ème siècle.
On pense qu'un certain Filippo BRUNELLESCHI (architecte également) fut un précurseur.
La première pendule à ressort dont on trouve trace dans les documents d'époque est celle offerte en 1480, par l'Horloger Jean de Paris à LOUIS XI.

Fin de la 2ème partie

Dans la 3ème partie et fin : les caractéristiques principales d'un Mouvement L'épée
" Fondu de montres "
Avatar de l’utilisateur
ChP
Documentaliste horloger
 
Messages: 2172
Localisation: Franche-Comté

Re: L'épée, un peu d'histoire, 3ème partie et fin

Messagepar ChP le 25 Nov 2008, 19:59

L’épée – Sainte-Suzanne (Doubs- France))

Image

les caractéristiques principales d'un Mouvement de pendulette de Voyage fabriquée en 1860 à Sainte-Suzanne (Doubs)

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image



aMicalement :horlogecoucou:
" Fondu de montres "
Avatar de l’utilisateur
ChP
Documentaliste horloger
 
Messages: 2172
Localisation: Franche-Comté

Re: L'épée, un peu d'histoire

Messagepar DaggetMC le 25 Nov 2008, 20:03

[yaisse] Cette fois c'est bon ! :bravo:
Je lirai tout ça la semaine prochaine.
Pour le moment, je remonte dans mes montagnes.
@ +
DaggetMC
Avatar de l’utilisateur
DaggetMC
VIP
VIP
 
Messages: 2249

Re: L'épée, un peu d'histoire

Messagepar hl9000 le 26 Nov 2008, 00:50

L'article est encore une fois super, Dakar75, :merci:
Mais je pense qu'on devrait créer un Forum spécifique pour les exposés et les compte-rendus, non ?
Roléga :coucou: a initié les "Une Marque, une Histoire..." que j'ai tenté de continuer avec lui, mais ces fabuleux exposés que nous fait Dakar75 méritent amplement leur place dans une rublique "bibliothèque" bien à elle, où on y mettrait aussi tous les "Une marque, une Histoire..." et tous les compte-rendus très bien faits comme celui de notre new-modo ou de Lexxx.
Eric, cette idée est-elle possible ou te semble-t'elle saugrenue ?! :|
Festina Lente (devise d'Auguste)
Avatar de l’utilisateur
hl9000
VIP
VIP
 
Messages: 7605
Localisation: Paris

Re: L'épée, un peu d'histoire

Messagepar ChP le 26 Nov 2008, 10:50

mais en les plaçant au départ dans le forum général, cet article sera lu par un maximum de passionnés.

ce qui n'empêche pas les organisateurs du forum d'en placer une copie dans une autre rubrique plus spécifique...
aMicalement
" Fondu de montres "
Avatar de l’utilisateur
ChP
Documentaliste horloger
 
Messages: 2172
Localisation: Franche-Comté

Re: L'épée, un peu d'histoire

Messagepar webmaster le 26 Nov 2008, 10:57

Eric, cette idée est-elle possible ou te semble-t'elle saugrenue ?! :|


Je vais les mettre dans "Les messages classés" comme je l'ai déjà fait pour les montres réveils
Avatar de l’utilisateur
webmaster
Site Admin
Site Admin
 
Messages: 13127
Localisation: Genève


Retourner vers Les messages classés

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité